Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 11:44

Aussi passionnant quen son temps « Le Singe nu » de Desmond Morris, ce copieux ouvrage tente de faire le point sur la manière dont nous sommes devenus ce que nous sommes, à la lumière de ce que nous savons désormais sur le comportement sexuel des animaux qui sont les plus proches de nous, à savoir les singes et, particulièrement, les grands singes doués de conscience (chimpanzés, bonobos, orang-outans, gorilles) et à celle de nos connaissances paléontologiques portant sur les ancêtres et parents fossiles plus ou moins lointains de lhumanité (le Dernier Ancêtre Commun à lHomme et au Chimpanzé, ORRORIN et TOUMAÏ ces grands singes déjà bipèdes qui remontent à 6 ou 7 millions dannées, puis les différentes formes dAUSTRALOPITHEQUES et lHOMO HABILIS, puis encore les « premiers vrais hommes » que furent HOMO ERGASTER et HOMO ERECTUS, jusquà notre propre espèce).

Sous la plume précise, rigoureuse, claire du brillant paléoanthropologue quest Pascal PICQ et sous celle du psychiatre Philippe BRENOT, nous y prenons la mesure de tout ce qui nous rapproche de nos « cousins » les singes hominoïdes et en même temps de tout ce qui nous en sépare, du rôle déterminant quont pu quont dû jouer en ce qui nous concerne le « redressement de la stature » (autrement dit la bipédie, imposée peu à peu par une vie de singe dans les savanes arborées de lest et du sud africains qui, elle-même, a fini par faire de nos ancêtres des marcheurs et des « coureurs » accomplis) ainsi que létrange hyper sexualisation de nos corps qui en est résulté.

Ce livre est, on le sent, le produit dun travail de recherche, de réflexion et de synthèse extrêmement étendu. Il ne néglige pas non plus les aspects anthropologiques et culturels.

Car lHomme est un tout, un alliage de biologie et de culture, et, même sils se démarquent vigoureusement des « humanités » latines traditionnelles et de la façon de pensée qui a cours dans les sciences humaines françaises, les auteurs, pour autant, refusent dappliquer à lHomme les clichés réducteurs dont sont friands bon nombre de scientifiques (explication de linfidélité masculine par un déterminisme biologique rigide, mise en avant de la chasse comme facteur déterminant de lévolution humaine et comme activité spécifiquement masculine).

Cet ouvrage se caractérise au demeurant par une perspective que lon pourrait qualifier de « féministe » dans la mesure où il insiste assez singulièrement sur le rôle central qua joué, dans lévolution de notre sexualité (et donc, de notre sociabilité) lélément féminin, de par son adaptation à la posture bipède et de par son acquisition dune réceptivité/disponibilité sexuelle permanente qui a profondément modifié les rapports entre femelles et mâles. Ainsi, le « machisme » serait-il aux origines mêmes du comportement humain, avec ses sinistres corollaires : le viol et la prise de contrôle des femmes par les hommes. En effet, chez nos très proches cousins les Chimpanzés et Bonobos, la nature fait en sorte que les mâles doivent attendre que les femelles, soumises à une disponibilité sexuelle à éclipses qui par ailleurs se signale toujours de façon très ostentatoire, manifestent quelles sont prêtes à lacte copulatoire en leur faisant « des avances ». Cet état de fait donne aux guenons une liberté de manœuvre assez large. Comme on le sait, il nen va pas du tout de même dans notre propre espèce où le sexe féminin, du fait de la bipédie toujours, est devenu « caché » (sans doute pour faciliter les déplacements).

Cest donc lanatomie de la femme qui a changé les rapports socio-sexuels à lintérieur des groupes humains quoique, malheureusement, guère à lavantage de cette dernière.

Lune des toutes premières manifestations de la « nature humaine » serait ainsi cette mise en coupe réglée dun sexe par lautre, la menace du viol devenant, en quelque sorte, un moyen de placer les femmes sous terreur.

Parmi les caractéristiques qui, au plan sexuel, nous sont authentiquement propres, les auteurs comptent également « les tabous sexuels », « les empêchements à lamour » (« la vie quotidienne des sociétés humaines, quelles soient traditionnelles ou modernes, ne laisse que peu de place à lactivité et aux pratiques sexuelles » et lactivité sexuelle  est « frappée de secret et dintimité dans toutes les cultures humaines », en complète opposition à la « publicité » manifeste qui caractérise lacte amoureux chez les grands singes), « lhomosexualité » (là, il est à noter que les auteurs sont en totale opposition avec lanalyse dun autre primatologue réputé, le néerlando-américain Frans DE WAAL), « la prostitution » (probablement imputable, à lorigine, à laccaparement par certains mâles dun grand nombre de femelles et, en conséquence, à lexclusion, dans les groupes humains, de nombreux mâles « déshérités » de toute activité sexuelle normale), « linceste », « les fantasmes érotiques », « la poitrine féminine » (qui se serait vraisemblablement développée, en tant que substitut érotique du fessier, grâce à la station verticale permanente et au goût des pré-humains puis des Hommes pour le face à face), « lérection masculine » et « la jalousie ».

De tout ceci, il ressort une fois de plus quen dépit de tout ce qui peut nous en rapprocher (et dieu sait si Pascal Picq nest pas un tenant de « lexception humaine » si chère à la tradition anti-simiesque des pays latins et catholiques), nous, êtres humains, possédons bien des spécificités qui nous « isolent » du monde des grands singes et plus largement encore des autres animaux.

A commencer bien entendu par quelque chose dessentiel : le langage qui, chez nous, est sans doute indissociable de la pensée réflexive, de la conscience, de la mise à distance du réel qui ouvre sur son observation, son questionnement.

Au passage, cet ouvrage recèle une très intéressante réflexion sur toute la part dincommunicabilité que, de ce fait, une démarche humaine telle que léthologie si passionnante et si utile quelle soit par ailleurs comporte. Nos interprétations des comportements animaux que nous avons loccasion dobserver avec de plus en plus dattention sont-elles valides ? Pouvons-nous vraiment pénétrer des « consciences » telles que celles dun Orang-outan ou dun Bonobo ainsi que leurs codes ? En scientifique rigoureux, Pascal Picq réaffirme limpératif de prudence, de méfiance à légard de notre propre nature si interprétative.

On peut peut-être regretter la tentative dassocier la psychanalyse  - système et discipline de plus en plus controversés au plan scientifique à la solide démarche éthologique, primatologique, anthropologique et, en dernier ressort, vulgarisatrice qui a, de toute évidence, présidé à lélaboration de cet ouvrage. Que faut-il y voir ? La volonté de légitimer une fois de plus les constructions intellectuelles de cette dernière en les faisant bénéficier de léclairage tout neuf quapportent les dernières découvertes en matière déthologie des primates et de paléontologie ? Le désir détablir coûte que coûte un parallèle entre ce qui tend à se dégager des plus récentes découvertes concernant la nature de lHomme en tant que primate et les vieilles lunes de la « libido » freudienne ? La tendance bien gauloise à saccrocher à une « exception française » qui distinguerait la pensée hexagonale de ses sempiternelles « rivales » anglo-saxonnes ? Un essai assez inattendu, à vrai dire de rapprochement entre Pascal Picq et lunivers si particulier (et pourtant si hostile, par pétition de principe, à la biologie) qui est celui des sciences humaines au pays de Descartes et de Lacan ?

Fort heureusement, cela nempêche en rien cet ouvrage compact dêtre fabuleusement riche et de nous enrichir lesprit au confluent de la philosophie et de la science vraie.

 

 

P. Laranco.

Partager cet article

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Patrimages
  • : Ce blog s'intéresse à la poésie, à la littérature de l'Océan Indien, à la philosophie, aux sciences, à l'Homme et au sens de la vie.
  • Contact

Texte Libre

Je valide l'inscription de ce blog au service paperblog sous le pseudo ananda.

<img src=http://annuaire-de-voyage.com/annuaire.gif"alt=Annuaire de voyage"border="0">

Annuaire de voyage

Recherche

Archives