Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 11:11

 

      15

 

Haro sur les objets !

Je m’explique. La journée avait bien commencé. Exercices de chatouillage avec une fourchette pendant une bonne heure qui ont servi à démontrer l’efficacité de la fourchette ( I had a dream, I dreamt of a fork ! ) et aussi de cette méthode car je suis parvenu à apprivoiser mon rire. Pas totalement évidemment mais ce n’est là qu’une question de temps. Ensuite j’ai pensé à des choses sérieuses, j’ai ainsi réfléchi à la question du mâle dans le monde. On peut trouver que c’est un problème sans conséquences mais on a tort. Mais il ne s’agit pas de discourir à ce propos car il n’est pas dans mes intentions de vous déprimer.

J’ai évité, avec beaucoup de soin, la télévision. Je l’ai reléguée dans une chambre d’ami. Il était quatre heures de l’après-midi et franchement j’exultais. Dans ce combat titanesque qui oppose l’homme au rire, un vainqueur se profile à l’horizon, en l’occurrence et en toute modestie, moi !

Mais un malheur survint à cinq heures précises. Un objet, apparemment anodin, suscita le fou rire. Le coupable n’est autre qu’une bague en plastique que j’avais offerte à ma première copine. La bague, mesquine comme tout, s’était cachée dans une armoire que j’ai eu le malheur d’ouvrir. Ainsi je me retrouvais soudainement propulsé dans le temps, dans les années quatre-vingt. J’étais alors un adolescent boutonneux et timide qui n’avait qu’un seul objectif en tête, draguer les filles. Mais ma timidité excessive compliquait ma tâche. A l’époque on ne disposait pas de réseaux sociaux ni de sms pour aborder les filles de façon discrète, il fallait foncer, soit on lui parle, soit on se casse la gueule. Bienheureux sont les jeunes du vingt et unième siècle qui ont la possibilité de draguer impunément, les nouvelles technologies sont un vaste champ démocratique qui  permet à tout un chacun, le plus laid, le plus ridicule et même le plus stupide compris, de tenter sa chance.  Qu’on arrête de nous dire que les réseaux sociaux sont à l’origine de tous les problèmes, ils ont au contraire permis à de nombreux marginaux et à de nombreux cons de réussir !

Elle s’appelait Reshmi. Elle avait seize ans. Elle était élève au QEC mais elle ne se donnait pas des airs, n’était ni arrogante ni déterminée à être lauréate. Mais qui se soucie à cet âge de la personnalité, on s’en moque complètement ; elle était très mignonne et elle avait la classe. Une classe qui transpirait par tous ses pores. On se voyait tous les lundis chez Monsieur Faro, le célèbre professeur de Français, qui donnait des cours particuliers dans son garage. Le recrutement était plus que sélectif, on y retrouvait toutes les grosses têtes des collèges de l’élite, les Royals, les St Esprit, les Maurice Cure et les autres. Un élève du John Kennedy College, à la tête de clown, s’était immiscé parmi nous. Je me demande toujours à quoi tenait le succès de Monsieur Faro. Sa pédagogie était inexistante, il parlait surtout de politique et des actualités internationales mais je crois qu’il était un grand charmeur. Il charmait les parents qui, puisqu’ils étaient charmés, exigeaient que leurs chérubins se rendent chez lui pour apprendre le Français.

Reshmi me faisait les yeux doux. Du moins c’est ce que je voulais croire. Elle me regardait de façon obstinée pendant une trentaine de secondes puis brutalement détournait les yeux et fixait le mur. Puis elle me regardait à nouveau. Puis elle fixait le mur. Puis elle me regardait. Mais qu’est-ce que cela pouvait bien dire ? Je n’arrêtais pas de démêler les fils de ce mystère. Qu’est-ce que ce regard pouvait bien dire. M’aimait-elle aussi ? Voulait-elle me dévorer ? La deuxième option n’était pas pour me déplaire.

Je préfère vous épargner la trame de cette amourette mais on dira, pour faire court, qu’un jour je trouvais le moyen, alors que Monsieur Faro discourais sur une ènième magouille politique de nos dirigeants, de lui offrir cette bague en plastique ( rose et pas tout à fait laide ), qu’elle me retourna plus tard, le jour de notre rupture.

Cette maudite bague avait trouvé le moyen de resurgir après toutes ces années ! Et le rire enfla irrésistiblement ; je me revis dans la classe de Monsieur Faro, où j’avais trouvé le moyen de m’asseoir à coté d’elle, devant laquelle  je me dandinais comme un singe en quête d’une banane ; je tremblais  d’ailleurs autant qu’ une feuille de bananier et je ne sais trop comment, dans de telles circonstances, je parvins à glisser la bague accompagnée d’ une lettre ( dans laquelle je lui avouais mon amour ravageur ) à l’intérieur de son sac.

Ce rire ne cessa d’enfler.

HOUHAHOUHAHOUHAHOUHA.

HOHOHOUHOHOHOU.

Et le comble c’est que je découvris peu après que cet amour était réciproque !

Non mais quel idiot je faisais !

Haro sur les objets donc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Umar Timol

(à suivre)

Partager cet article

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Patrimages
  • : Ce blog s'intéresse à la poésie, à la littérature de l'Océan Indien, à la philosophie, aux sciences, à l'Homme et au sens de la vie.
  • Contact

Texte Libre

Je valide l'inscription de ce blog au service paperblog sous le pseudo ananda.

<img src=http://annuaire-de-voyage.com/annuaire.gif"alt=Annuaire de voyage"border="0">

Annuaire de voyage

Recherche

Archives