Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 11:32

Et de un. Première fulgurance. Il est aux confins de son corps, sa chair mêlée à la sienne, il veut y demeurer, là, encore, longtemps, cesser de respirer, cesser d’être, extinction de son corps, il n’existe plus, il n’est plus un corps, plus un esprit, il n’est rien, laisse-moi en toi demeurer, je ne veux pas m’extraire de toi, je t’aime, je touche ainsi les nervures de ton être, je touche ta finitude, je touche les origines de ta peau, les luminosités de ton souffle, je touche la nuit naissante de tes rêves, je touche ta substance, tu m’appartiens, je veux en toi demeurer, je le veux, laisse-moi en toi demeurer, immobile, nos corps mêlés, ne plus être qu’un, je ne veux plus être moi, je ne suis plus moi, que ton sang afflue dans mon corps, qu’il me recrée, qu’il s’immisce dans ces absences chargées de trop de tourments, qu’il envahisse mes viscères, qu’il fasse de moi une autre créature, qu’il fasse de moi un fragment de toi, je veux en toi demeurer, immobile, je veux que tes larmes affluent dans mon corps, je veux que tes joies les plus écarlates affluent dans mon corps, je veux que ta mort afflue en moi, je veux être toi, être un fragment de toi, être toi entièrement, être tout ce que tu es, tout ce que tu as rêvé d’être, tout ce que tu ne peux pas être, être toi, être tes secrets et tes violences, j’ai envie d’être toi, laisse-moi en toi demeurer, laisse-moi en toi demeurer, et il est aux confins de son corps, il crie, il pleure, il râle, il est une bête, bête qui aime, bête qui refuse le désir, qui refuse le néant, son corps, qui n’est plus, le théâtre d’une possible absolution, et il crie encore mais ce n’est plus un cri, mais une boursouflure de rage, il sait les crépuscules de sa vie et il n’est que toi, toi et toi, et il crie laisse-moi en ton corps demeurer, il sait qu’il n’est d’autre lieu de beauté, tu as ainsi touché le plus parfait, ailleurs le faux règne, la mort règne et il est aux confins de son corps et il crie, cesse d’être, extinction de son corps, extinction de sa peau, de tout ce qu’il n’est pas, il est un fragment de l’autre ou son corps tout entier, peu importe, tout ce qu’il sait c’est qu’il doit demeurer, laisse-moi en toi rester, maintenant, encore, je suis aux confins de ton corps et j’ébrèche les nuits, je suis aux confins de ton corps et je suis une béance qui accueille les fleuves éblouis, laisse-moi en toi demeurer et il crie mais ce n’est pas un cri c’est un râle, une boursouflure de rage et il sait que plus rien n’aura de sens après, il est aux confins de son corps, enfin Un, peut-être, enfin mêlé entièrement,  peut-être, pour encore quelques instants, avant que les nuits blessées ne meurent.

 

 

 

Umar Timol.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Patrimages
  • : Ce blog s'intéresse à la poésie, à la littérature de l'Océan Indien, à la philosophie, aux sciences, à l'Homme et au sens de la vie.
  • Contact

Texte Libre

Je valide l'inscription de ce blog au service paperblog sous le pseudo ananda.

<img src=http://annuaire-de-voyage.com/annuaire.gif"alt=Annuaire de voyage"border="0">

Annuaire de voyage

Recherche

Archives