Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 13:17

La musique en dit bien plus sur les états d’âme que les mots. En ce sens, elle constitue peut-être l’aboutissement suprême de l’art.

 

 

 

Ce qui barre si souvent aux femmes la route de la créativité, c’est sans doute leur dépendance affective, leur souci de ménager l’autre, pour ne pas se l’aliéner, leur culture de la douceur, de la complaisance, de l’effacement des conflits, déterminée sans doute à la fois par des facteurs innés et par des pressions d’ordre culturel.

Car pour donner la pleine mesure de sa créativité, il faut une indépendance d’esprit chevillée au caractère.

Beaucoup de femmes intelligentes et créatives de nature sont portées par la pression sociale parfois extrêmement lourde qui s’exerce sur elles à brider leur tendance naturelle à l’indépendance d’esprit et au « penser par soi-même ».

Elles en répriment non seulement l’expression mais aussi le fond même, motivées qu’elles sont par la peur de mettre en péril le lien avec les autres et leur image de « femme parfaite » (douce, effacée et maternante), reflet d’une idéalisation entretenue par l’ensemble du corps social.

Ce qu’il faut savoir – et garder à l’esprit – c’est que la créativité est RUPTURE, et rien, précisément, ne fait plus peur aux femmes que cette notion.

 

 

 

Chaque être humain est un monde à lui tout seul.

 

 

 

Il n’y a pas d’inné. Ni d’acquis. Il n’y a que leur enchevêtrement.

 

 

 

Toute démarche visant l’éradication de cette plaie qu’est la misogynie ne doit-elle pas s’interroger, au préalable, sur le fait que, chez l’homme, la construction même de la virilité repose sur l’opposition à la femme, en vertu du bon vieux principe « on se pose en s’opposant » ? Que la virilité s’élabore dans des groupes d’enfants puis d’adolescents fortement soudés et caractérisés par un fort grégarisme (un grégarisme de « meute »), qui pratiquent une mise à l’écart condescendante de l’autre sexe et qui souvent, aux fins de se rassurer, exaltent la masculinité dans ce qu’elle a de plus outrancier, parfois même de plus brutal (violences, défis, rodomontades, vulgarité, provocation, comportements cyniques de « petits durs », mépris affiché des « filles » et des univers de la féminité et de l’enfance…).

 

 

 

C’est ainsi. L’être humain actuel voit tout en termes de compétition. Or, les hommes détestent entrer en compétition avec des femmes, sans doute parce que la compétition implique des rapports oppositionnels et conflictuels propres à compromettre les éventuels jeux de séduction, les approches sexuelles et les relations amoureuses.

Ne pas prendre au sérieux les femmes, voire les traiter comme des « objets » est pour eux une façon de se protéger, de minimiser la peur viscérale qui les saisit face aux (énormes) enjeux qu’implique toute rencontre avec l’autre sexe. Cela leur permet d’alléger la tension, l’appréhension qui les étreint : peur de l’autre, peur de « ne pas y arriver », doute profond quant à leur pouvoir de séduction et leurs capacités « viriles », crainte de se voir dominés, affaiblis par l’ampleur de l’attirance sexuelle que toute femme en âge de procréer leur inspire…

C’est dire si l’idée contemporaine d’égalité des sexes, de « parité » et son obligatoire corollaire, la mixité partout, ravive ces peurs.

Surtout au terme de millénaires d’exclusion des femmes de la vie publique (au nom de la construction et du maintien de la virilité).

 

 

 

Le refus du changement trahit la peur de l’instabilité et de l’inconnu, de même que l’attachement aux habitudes. Car ces dernières ont l’insigne avantage d’encadrer, de baliser la vie.

Le conservatisme est donc la caractéristique des esprits craintifs, de ceux qui craignent par-dessus tout de se faire déborder, déstabiliser par l’imprévu, par la nouveauté, auxquels ils préfèrent l’inertie de ce qu’ils considèrent comme « normal ».

Sans compter, bien sûr, tout ceux qui s’accrochent à un - ou à des - privilège(s)…

 

 

 

Non, les îles ne sont pas de « petits paradis » ! Les paradis sur terre, cela n’existe pas.

S’il leur arrive d’être un «éden », les tropiques ne le sont que pour des touristes abrutis d’hédonisme, d’égoïsme, de naïveté, de « vie moderne stessante » et de clichés débiles, en provenance des pays riches. Ou alors pour les oligarchies locales elles aussi extraordinairement aisées et pleines de morgue et de cynisme à l’endroit du reste de leur peuple.

 

 

 

L’intellectuel est bien souvent quelqu’un d’assis entre deux chaises.

Issu des classes bourgeoises bien éduquées, bien policées, il vit, en général, soigneusement coupé des masses et des pauvres, la vie sécurisée, voire encoconnée d’un bourgeois, et tire (explicitement ou non) une fierté de son savoir. En la culture, il voit (avec raison) une forme de « libération », mais dans le même temps, angélique (naïf ?), il ignore tout ce qui la relie au pouvoir et donc aux classes dominantes et dirigeantes.

Simultanément, sa réflexion, voire sa lucidité le prédisposent et l’amènent à un recul certain par rapport au milieu (bourgeois, privilégié) dans lequel il évolue. Donc, il dénonce et il critique, au nom de ses valeurs, le fonctionnement du « système », tout en rêvant d’un « monde meilleur », assez souvent de nature utopique.

C’est cette « double contrainte » qui fait de lui, si fréquemment, un « révolutionnaire de salon » un peu ridicule, lui qui, en outre, plus qu’un être d’action, est un être de parole, un brasseur d’idées.

 

 

 

La « grande littérature », celle qui trône dans les manuels scolaires, est aussi intimidante que les objets mis en vitrine au Musée du Louvre ou les monuments tels que le Sphinx d’Egypte ou la Muraille de Chine.

Quelque part, son aspect roide, compassé, solennel, figé dans le définitif fait d’elle quelque chose de mort, en tout cas, de parfaitement inaccessible.

On l’a mise en vitrine dans de beaux manuels de littérature, de « classiques », hors la vie. Sur une sorte de piédestal. Et là, elle vous toise, du haut des fameux « quarante siècles » qui « nous contemplent ». Comment voulez-vous qu’un aspirant écrivain ou un quelconque jeune auteur ne se sente pas, en quelque sorte, écrasé par sa masse ?

 

 

 

 

P. Laranco.

 

 

 

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 11:48

la nuit / a cessé de /

vomir / en toi /

les filaments / de ses plaies /

car tu les / as tissés /

pour en faire / ton linceul

 

 

 

Umar Timol.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 11:11

Après "Saudade do futuro" et "Mahaleo", Latérit Productions présente

 

 

 



L'OPERA DU BOUT DU MONDE
un film de Marie-Clémence & Cesar Paes

 

EN SALLE LE 28 NOVEMBRE
À L’ESPACE SAINT-MICHEL (plan)
7, place Saint-Michel 75005 Paris - Métro Saint-Michel
(cartes UGC illimité et Pass acceptées)

séances tous les jours à 13:10 - 15:00 - 16:50 - 20:10 - 21:55

rencontres-débats
mercredi 28 novembre à l'issue de la projection de 20:10 
avec les réalisateurs, le compositeur et le librettiste de l'opéra "maraina"

lundi 3 décembre à l'issue de la projection de 20:10
avec les réalisateurs et un historien spécialiste de la Grande Ile

JEUDI 29 NOVEMBRE à 20h30 
CINEMA ROBERT DOISNEAU
 94, Avenue de la République 46130 Biars-sur-Cère 


à partir du 12 DECEMBRE 
  CINEMA LE ROYAL
8, avenue Foch 64200 Biarritz - Tel : 05 59 24 45 62

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Un road movie historique dans les coulisses de l’opéra Maraina, entre La Réunion, Madagascar et… Paris, pour découvrir en musique l’histoire des premiers habitants des îles de l’Océan Indien. Une passerelle entre des univers qui ne se rencontrent que trop rarement, entre l’art lyrique et le grand public, entre le cinéma et l’opéra, entre l’histoire écrite et la mémoire orale, entre la métropole et l’outre-mer...


CE QU’EN DIT LA PRESSE

" à voir... une ode au métissage et au mariage des cultures"
Le Monde


"Un documentaire très libre, voyageur et curieux, loin des préjugés, avec la musique comme principale boussole (...)
Les réalisateurs font confiance à l’intelligence du spectateur et à sa sensibilité."
Télérama

"des découvertes mutuelles passionnantes, qui résonnent à chaque image"
Studio ***

"un vrai moment de poésie"
Ouest-France

"beauté permanente... on est passionné de bout en bout."
Africultures

"un pan de l'histoire encore méconnu"
L'Express de Madagascar

 

Voir la BANDE ANNONCE
Voir les SÉANCES

 

D’autres salles de cinéma vont suivre, n'hésitez pas à consulter www.operaduboutdumonde.com ou la page facebook du film, 
et à solliciter le cinéma près de chez vous pour lui demander de programmer le film
 !


Cordialement,
l'équipe de Latérit

 


--

Latérit productions

9 rue de terre-Neuve 75020 Paris

Tel : +33 (0)1 43 72 74 72

E-mail : laterit@laterit.fr

http://www.laterit.fr

http://www.boutique.laterit.fr

http://www.operaduboutdumonde.com

 

 

 

 

 

________________________________________

 

 

 

After "Saudade do futuro" and "Mahaleo", Laterit Productions presents

AN OPERA FROM THE INDIAN OCEAN
  
a film by Marie-Clémence & Cesar Paes

 

THEATRICAL RELEASE ON NOVEMBER 28
AT ESPACE SAINT-MICHEL (map)
7, place Saint-Michel 75005 Paris - Métro Saint-Michel

every day at 1:10 - 3:00 - 4:50 - 8:10 - 9:55

Q & A
Wednesday, 28 november after the 8:10pm screening 
with the directors,  the writer of the libretto and the composer of the opera "maraina"

Monday, december 3 after the 8:10pm screening
with the directors and an historian specialist of Madagascar


THURSDAY NOVEMBER 29 at 8:30pm 
CINEMA ROBERT DOISNEAU
 94, Avenue de la République 46130 Biars-sur-Cère 


starting DECEMBER 12 
  CINEMA LE ROYAL
8, avenue Foch 64200 Biarritz - Tel : 05 59 24 45 62


In the wings of the opera "Maraina" voyaging between Reunion, Madagascar and... Paris,  the film combines history and oral memory to recount the story of the first settlers of the Indian Ocean islands. The film traces the cast's journey to the place where it all began - Fort-Dauphin, in southern Madagascar - where they perform for an audience that has never before seen an opera. This musical road movie, which explores the Europeans' discovery of the Indian Ocean, is a poetic and profoundly human experience...


THE PRESS :

"must see... an ode to the blending of cultures"
Le Monde


"a very free documentary, full of curiosity, travelling far from clichés, with the music as a compass (...)
The directors trust the viewer's intelligence and sensitivity."
Télérama

"exciting mutual discoveries, that echo in every image"
Studio ***

"a true moment of poetry"
Ouest-France

"permanent beauty... exciting all along."
Africultures

"an unknown piece of history"
L'Express de Madagascar

 

View the TRAILER
View all  SCREENINGS


  

For more venues, please visit www.operaduboutdumonde.com or the facebook page of the film, 
and don't hesitate to ask for a screening near you!


Best regards,
the Laterit team



--

Laterit productions

9 rue de terre-Neuve 75020 Paris

Tel : +33 (0)1 43 72 74 72

E-mail : laterit@laterit.fr

http://www.laterit.fr

http://www.boutique.laterit.fr

http://www.operaduboutdumonde.com

 

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 13:33

Le samedi 1er DECEMBRE 2012

 

 


de 10h à 12h

 

 


à la SALLE DU CONSEIL DE LA MAIRIE DE CUREPIPE

 

 


dans le cadre des activités de l'UNIVERSITE POPULAIRE DE L'ÎLE MAURICE (UPIM) et de son thème de l'année Knowledge hub : pôle du savoir ou pilier économique ?

 

 


Belall MAUDARBUX, enseignant et chercheur

donnera sa deuxième CONFERENCE-DEBAT

 

 

 


KNOWLEDGE HUB : L'ECONOMIE DE SAVOIR OU LE SAVOIR ECONOME ?

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Qu’est-ce qu’un knowledge hub ? Souvent traduit comme « pôle du savoir » l’expression sous-entend une démarche de vulgarisation du savoir pour un but quelconque. Or, quel est le but d’une telle démarche ? Quel sont les atouts, dont l’île Maurice peut se vanter, pour prétendre à être un knowledge hub ? Quels sont les défis qui attendent Maurice dans une telle démarche, et ces défis sont-ils surmontables ? Un état des lieux de l’éducation en général et les récents développements dans la plus ancienne université de l’île permettent-ils d’espérer un avenir prometteur pour un knowledge hub ? Au fond, y a-t-il une politique qui définisse les contours de ce knowledge hub dans le moyen et le long terme ?

Ce sont ces quelques questions que nous allons essayer d’aborder dans ce cycle de deux conférences. Pour y répondre, nous nous réfèrerons à deux documents officiels dont le « Developing Mauritius into a Knowledge Hub » du Ministère de l’Education et le « Transforming Mauritius into a Knowlege Hu » du HRDC. Nous allons également comparer la démarche mauricienne à celle de Singapour et du Brésil afin de mettre en perspective la faisabilité de la démarche mauricienne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 12:28

Un poème qui s’envole dans le vent des villes va, vient, revient, virevolte, revirevolte et finit toujours par retomber quelque part.

 

 

 

Jean-Pierre Lesieur.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 12:10

 

Déjà je suis aux rives de ce pays

Déjà la nuit comme les volutes d’une fleur

Déroule sous mes yeux

Les rêves à conquérir

Que choisir quand tout est monstres et cauchemars ?

 

 

Collinx Mondésir.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 11:49

Mercredi   5   décembre   2012

 

 

 


 

 

à    20h

 

 

 


 

 

au   CHAT NOIR,

76 rue Jean-Pierre Timbaud

75011 Paris

 

 

 


 

 

Scène  ouverte  au  langage  et  à  tous  ses  mots,  avec

 

 

 


 

 

LES  MERCREDIS  DE  LA  PLUME

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Le 3 octobre naissait à Paris une scène ouverte au langage et à tous ses mots.

Votre présence renouvelée le 14 novembre donne à penser que cette envie est partagée.

Cette scène prend forme, comme un poème.

Nous serons ravis de vous retrouver le mercredi 5 décembre à 20h, dans ce lieu chaleureux qu’est la cave du Chat Noir.

Pensez à en parler autour de vous, invitez des amis qui pourraient être intéressés.

L’idée que ça devienne un lieu de partage, un rendez-vous, un point de départ pour des envies…

Au plaisir de vous entendre bientôt.

 

 

 


 

 

Karine et Myriam.

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 10:21

Le bleu

est la couleur de la respiration,

de notre liberté

qui traverse les murs

 

de la lévitation

du ciel du matin

vitre rayée par les oiseaux qui se promènent….

 

 

 

 

 


 

 

 

Patricia Laranco.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 10:21

FARIGOULE.

 

 

 


 

 

Elles avaient joliment raison, les femmes qui, selon Werner Lambersy, s’en glissaient une ramille ou quelques gouttes entre les seins. Le parfum de la farigoule, un brin âpre un brin furtif, vivifiant et, oui, mutin, conserve un charme riche de ferveur, telle une bouffée d’oliban, mais un oliban rieur, capiteux, nullement offert aux dieux.

Moins m’as-tu-vu que le jasmin d’Espagne, elle, si résistante par la grâce de sudations, ses corolles délicates, lèvres blanc rose ou teintées corail à peine, révèle dans sa pudeur exquise tous les régimes du désir, splendeur sobre et frisson d’effluves comme on en sait sous le soleil lorsque se froissent feuilles ou touffes.

Vestibule, souvent, du régal amoureux, l’art culinaire la connait fort bien qui en consomme tellement, en bouquets, liqueur en légères goulées, miel. Et combien de thérapies, réputées peu fariboleuses, la font prodigue d’eupepsie, dissolvante de ferments pourris, dispensatrice de cœur à l’ouvrage.

Mes lèvres ne peuvent plus guère s’ouvrir sans que je songe aux tiennes à qui les siennes me conduisent. Sous rosée du petit matin, la fièvre est neuve aux commissures.

 

 

 


 

 

 

 

François Laur.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 09:56

LUNDI PHILO sur MUSIC FM - Ce lundi : HÉRACLITE

 

 

 

 

LUNDI 26 NOVEMBRE 2012

 

 

 

 

DE 11H A 12H

 

 

 

 

SUR MUSIC FM

(FN NORD : 92,4KHz; FM CENTRE : 90,8KHz; FM SUD : 94,9MHz)

 

 

 

 

 

 

Ne manquez pas la dixième émission  LUNDI -PHILO  animée par Joseph CARDELLA et consacrée à la philosophie et aux philosophes.

Ce lundi, il sera question d'HERACLITE.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Patrimages
  • : Ce blog s'intéresse à la poésie, à la littérature de l'Océan Indien, à la philosophie, aux sciences, à l'Homme et au sens de la vie.
  • Contact

Texte Libre

Je valide l'inscription de ce blog au service paperblog sous le pseudo ananda.

<img src=http://annuaire-de-voyage.com/annuaire.gif"alt=Annuaire de voyage"border="0">

Annuaire de voyage

Recherche

Archives