Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 11:17

 

shiva's bird 001

 

shiva's bird 002

 

shiva-s-bird-003.JPG

 

shiva-s-bird-009.JPG

 

shiva-s-bird-010.JPG

 

shiva-s-bird-011.JPG

 

Photos : P. Laranco.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 11:12

MERIDIEN.

 

 

 

 

 

 

De talus enfiévrés

en talus enfiévrés

à toujours remonter

les chemins creux

de mon enfance

je fuis le méridien

 


Plourarc'h

3 avril 2011

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 12:39

Ils se sont levés en Afrique pour défendre la Démocratie et les civils. Ils ont décidé qu'il était temps d'utiliser les armes face aux dictateurs sanguinaires qui écrasent leur peuple. Quelle louable attention, que de nobles intentions. Alors pourquoi ai-je l'estomac noué, pourquoi mon cœur saigne en lisant les avancées libératrices de ces nobles armées.

La Côte d'Ivoire n'a-t-elle pas élue son président? Il est donc normal que celui qui s'oppose à la volonté de son peuple soit châtié.

Le peuple Libyen n'a-t-il pas exprimé des velléités de démocratie face au sanguinaire Khadhafi? Puisqu'il ne les entend pas il est normal qu'il soit châtié à son tour.

La partition est belle mais la musique sonne archi faux. En Côte d'Ivoire sans qu'il soit question de refaire l'histoire nul ne peut dire ce que le peuple ivoirien a décidé, la seule certitude qu'on ait est qu'il aspire à la paix et nul ne peut l'en blâmer. Par contre tout le monde sait ce que la communauté internationale a pris comme parti.Celui d'imposer l'homme qu'elle a choisi comme étant la volonté de ce peuple qui aspire à la paix, en recourant à la guerre, comme si l'intelligence africaine n'était pas capable de produire autre chose que la guerre. Alors la communauté internationale a décidé d'aider ceux qui pensaient pouvoir trouver une solution pacifique à comprendre que la guerre était le seul chemin de la paix. Elle a pesée de tout son poids pour cela.

Je sais que je blasphème en sous entendant que la force Licorne ou l'ONUCI participent plus qu'activement aux combats aux côtés des forces du président désigné par la Communauté Internationale. Mais nul ne l'ignore.

Pourquoi se cacher quand on a des intentions si nobles? telle est la question! Peut être parce que cette paix qui s'achète par les armes est bien dégueulasse. On veut bien y participer mais surtout pas assumer les exactions commises.

Sauf qu'en matière d'exactions qui ne dit mot consent et la Communauté internationale qui dénonce les crimes du mécréant Gbagbo en s'appuyant sur ses formidables moyens de propagande, absout par son silence ceux du prodige Ouattara,( le choix de la communauté internationale tout de même!).

Nous les africains, qui regardons en silence ou qui soutenons cette "pax militari" en acceptant cette démocratie portée par la Communauté internationale, devons nous rappeler que cette communauté internationale est d'abord occidentale.

Nous devons nous rappeler que l'Afrique paye toujours un lourd tribut à cette civilisation portée par la force et les armes. Nous oublions que nos ancêtres ont été massacrés pour leur apporter la civilisation.

Nous savons pourtant que la morale n'a jamais guidé les actes de guerre de l'occident malgré le fait qu'elle est le motif sur lequel ce dernier s'est toujours appuyé pour aller en croisade. Il ne veut pas libérer le peuple ivoirien mais contrôler sa destinée. La démocratie occidentale a ceci de formidable qu'elle permet à une poignée d' hommes d'avoir suffisamment de pouvoir pour contrôler des millions de personnes.

En Libye, une rébellion armée est présentée comme l'expression de la volonté du peuple libyen. Voici la France qui choisit désormais ses interlocuteurs , qui décide dans les salons feutrés de l'Elysée, dans les bars lounge des palaces parisiens qui seront les représentants du peuple libyen qui appelleront au secours l'occident pour qu'il se lance dans sa générosité extrême, dans la libération de ce peuple qui est pourtant supposé choisir ses représentants.

Protégeons les civils. Les civils à protéger sont pourtant armés. Et puis quels civils protège-t-on ? Les pro-Khadhafi sans armes ne sont-ils pas des civils? n'ont-ils pas droit à la protection eux aussi?

Et cette "guerre au sein de la guerre" pour savoir qui fait quoi en Libye, elle n'est que le cynisme du cynisme car ce qu'on voit ce sont des loups se battant pour savoir qui aura la plus grande part de la proie. La France, telle un jeune loup, a voulu s'arroger la part du chef de la meute qui l'a rappelé à l'ordre. C'est désormais l'OTAN qui coordonne les opérations militaires. Zone d'exclusion aérienne sur toute la Libye désormais, il faut protéger les civils.

C'est juste un hasard, si ce peuple dont l'occident se dispute la protection appartient au pays qui détient les réserves de pétrole les plus importantes en Afrique. Ah! l'éternel cliché de la guerre du pétrole me direz-vous!

C'est ici que la méprise s'associe au mépris. En effet, l'occident a fini par nous convaincre d'ignorer l'évidence car elle est trop évidente. Voyons! l'occident est plus subtil que cela. Et nous de nous dire, réjouissons nous! un dictateur tombe! Oui mais en échange de quoi? Quel est le prix à payer? Il serait intéressant de demander aux Afghans s'ils sont heureux de pouvoir se dire libres avec une corruption endémique qui n'est pourtant que le symbole d'une absence de démocratie, s'ils acceptent la persistance de la torture et de la violence.Vers qui vont-ils désormais se plaindre? Ils comprennent aujourd'hui avec douleur que ce n'est pas à eux de dire s'ils acceptent cette démocratie. Elle doit forcément être acceptée puisqu'elle est le choix de l'occident.

Notre méprise est de croire que l'occident est là pour nous aider. Si tel était le cas, il serait intervenu pour renverser des dictatures africaines bien plus fragiles que celle de Khadhafi. L'"aide" de l'occident est une "aide" conditionnée. Il ne s'agit pas d'instaurer la démocratie mais de changer de régime comme on change les piles de sa voiture télécommandée.

Ces opposants qui se tournent vers l'occident au lieu de se tourner vers leur peuple sont pour la plupart instrumentalisés. Ce sont juste des piles neuves.

Je n'essaye pas d'absoudre les dictateurs ou d'accepter les violences et les forfaitures qu'ils commettent. Le refus de la dictature, de la torture, l'aspiration à la liberté, au contrôle de sa destinée, tous ces concepts ne sont pas des concepts occidentaux mais sont des concepts intrinsèquement humains. Ils sont liés à notre nature d'être humain.Il est temps que nous ayons le courage d'en tirer les conséquences.

Nous choisissons le recours à l'occident car nous avons peur de mener la révolte. Pourtant nous subissons les mêmes dommages et ce, pour pour une nouvelle aliénation. Alors tant qu'à faire et quitte à choisir la guerre, allons y entre nous pour nous et refusons systématiquement le cadeau que s'empresse parfois de nous offrir l'occident car nous le savons, il s'agit d'un cadeau empoisonné.

Une locution latine dit "fraus omnia corrumpit", la fraude corrompt tout. Une libération démocratique assise sur une visée économique est frauduleuse et corrompt, dès sa naissance, le nouveau régime qui par son alliance s'aliène. Karzai s'est aliéné, Ouattara s'est aliéné, les rebelles libyens se sont aliénés. Même si on a l'audace de croire que cette aliénation était mue par une volonté farouche de sortir le peuple de l'ornière, la réalité est que seuls les aliénés profiteront de cette richesse. Le peuple lui continuera de souffrir et à souffrir de sa méprise face au mépris.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 12:20

Le soleil roux 

qui défait les bouquets de mains 

qui institue nécessité de cécité 

pour prêter l'ouïe aux marées basses du réel 

et pour favoriser le froissement du mot 

Le soleil roux roue motrice de l'univers 

batifolant de bras en bras de blé en blé 

dédoublé par effets caverneux de miroirs 

ivre de ses propres démultiplications

comment le capturer dans la coque des mots

dans le dégorgement des repaires d'écume ?

Le râle des veinules et des ombilics

tatouant le bois de nos planchers - ces déserts -

est tentative manquée de reptation

sous la cire

des spires de la fluidité

Mais le monde est vernissé

oui  poncé à mort

les coteaux forment des enclos de seins pensifs

dont la sollicitude amassée ne suffit

plus à tenir en respect la forêt de masques.

 

 

 

 

 

 

 

 

Patricia Laranco.

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 11:32

 

 

fidji-002.JPG

 

fidji 003

 

fidji-004.JPG

 

fidji-005.JPG

 

 

 

 

 

 

fidji 005

 

 

Photos : P.Laranco.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 10:54

Sadder than a tear, is this tear which drips without reason


Plus triste qu'une larme, est cette larme qui coule sans raison

 

Qurayshiya DURBARRY

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je cherche mon énergie dans le pessimisme.

 

Jalel EL GHARBI.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Seul le silence est grand...

 

Mirella CHUMROO.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au fond, la Terre n'est rien qu'une petite île.

 

Patricia LARANCO.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans chaque poème, tu cherches à défricher le silence broussailleux des mots.

 

François TEYSSANDIER.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 19:33

 

 

 

 

 

 

 

Photos : Magali Nirina MARSON.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 14:59

Anthologie « POETES POUR HAÏTI », sous la direction de Dana Shishmanian et Khal Torabully, Coll. Témoignages Poétiques, Editions L’Harmattan, 2011.

 

Le tremblement de terre qui frappa Haïti (sans doute le pays le plus pauvre du monde) le 12 janvier 2010 a immédiatement fait réagir les poètes du monde entier. A cela, des tas de raisons : comme le rappelle Ernest Pépin A Port-au-Prince les poètes sont légions , et le lien qui relie ce pays à la poésie est d’une force tout à fait spéciale ; ensuite (mais ne devrait-on pas dire plutôt en premier lieu), Haïti a une image qui ne peut laisser personne indifférent : pays des enfants des enfants des enfants de Spartacus  (François Brouers, Belgique), première terre noire à avoir eu le courage de défier une puissance coloniale et de secouer le joug de l’esclavagisme et donc, à ce titre, paré d’un immense prestige, mais aussi peuple martyr de sa propre Histoire ( Pourquoi la terre, mère nourricière / S’est retournée contre les plus pauvres…les plus démunis ?  ne peut s’empêcher de crier le Mauricien Vishwamitra Aashutosh Ganga, avec toute la ferveur que lui inspire son sentiment d’injustice et de révolte).

Le sort, c’est le moins que l’on puisse dire, n’a pas gâté Haïti et voici qu’il s’acharne encore, cette fois suprêmement, sur la malheureuse île.

Mais comment réagir à un pareil désastre ? Ne laisse-t-il pas sans mots ?

Jean-Luc Maxence (France) n’a-t-il pas, au fond, raison quand il souligne, en un tel cas, le dérisoire de la parole pour affirmer : Les poètes devraient pour une fois se taire / Discrètement // Il est des fractures qui ne se payent pas de mots ?

Et pourtant…Malgré l’horreur du séisme destructeur, la vie reprend ses droits. Haïti reste Debout dans la cendre et la poussière (Pierre Cadieu, Canada), fidèle à elle-même : digne et profondément, viscéralement attachée à la vie, à l’espoir.

Il fallait TROUVER LES MOTS.

Les 95 poètes qui figurent dans cette anthologie se sont efforcé de les trouver.

Au départ, sous le choc, ils ont répondu à l’initiative lancée par le poète mauricien Khal Torabully et la poétesse roumaine Dana Shishmanian, donnant ainsi le jour au tout premier livre humanitaire virtuel (www.haiti2010-secourspoetique.net).

Un an après l’anthologie en ligne doublée d’un appel à dons, les éditions L’Harmattan viennent de publier la version sur papier, avec le même but : utiliser le produit des ventes à des fins d’aide aux sinistrés.

Cela nous donne deux cent pages où des poètes issus d’à peu près tous les horizons de la sphère francophone (parmi lesquels – ça vaut la peine de le signaler – on compte une importante proportion d’auteurs de l’Océan Indien) expriment, pour ainsi dire « à chaud » leurs réactions, leur stupeur, leurs peine, leur colère, leur abattement, leurs paroles de réconfort, leur foi têtue et persistante en l’avenir, leurs exhortations, leurs pensées pour les enfants, leurs respectueux hommages dédiés à « l’île des poètes », en bref, leur cri.

Atome d’espoir / Cette voix d’ange / qui perce les décombres (Jeanne GERVAL-AROUFF) ; Les noirs de poussières sont gris […] Les habitants du val liés par la même souffrance / Gestion des cas d’havres, qui ne sont pas de paix / Malgré l’odeur pestilentielle / Pestent-ils en ciel ? (Jean-Yves BERTOGAL) ; Je regarde Haïti la belle secouer d’un rire ardent les masses humaines accrochées à son flanc // Je regarde Haïti la belle écraser ses enfants dans une gésine terrifiante (Catherine BOUDET) ; Ceux qui se nourrissent de viandes…de produits laitiers…de desserts / Ne peuvent t’estimer à ta juste valeur // Même si la pierre se fendait, tu ne peux pas leur faire ouvrir / Les fenêtres de leur ferme… / Des gens comme toi ne font pas partie de leur centre d’intérêt / Tu n’existes pas… / Dorénavant tu dois savoir / Qu’ils n’ont pas de temps à te consacrer ! (Üzeyir Lokman CAYCI) ; La tendre convoitise / amère ricane. […] et ce peuple démembré / se dresse, digne et fier / et pousse en ciel / son chant d’espoir / déchirant (Laurent CHAINEUX) ; L’espoir erre tel un chien en mal de viande (Fabian CHARLES) ; Tes rues désertes / Sont pavées de morts. […] Pourtant, demain tu renaîtras (Joël CONTE) ; Comment réparer tes flancs / Par la douleur, broyés / Belle Île ? (Maggy DE COSTER) ; Un homme à la peau noire s’accroupit / L’écorce mangée de survivances (Arnaud DELCORTE) ; Petit oiseau […] Envoie un chant / Pour dire à tous les hommes / Qu’il y a une femme / Assise sur ses mâchoires / dans l’attente d’un abri / pour ses entrailles (Anderson DOVILAS) ; Le tumulte du monde est en toi. Tu ne vois plus que la douleur de cette femme devant son enfant mort. Doucement tu lui prends la main. // Tu ne fais qu’un avec le monde… (Denis EMORINE) ; Le sable, le sang, la terre, la chair des hommes, formèrent un corps immonde sous les jours terribles des cruautés humaines, des monstres politiques, des avatars géologiques. […] Haïti […] la nocturne […] avait aiguisé l’art de souffrir en assurant seule la conjuration de ses cauchemars. […] il faut juste tout recommencer […] s’accroupir au dessus du cratère de l’avenir pour y puiser la force de son eau vive (Nadine FIDJI) ; Faille sous l’océan et fêlure de l’âme : le temps de rebâtir la dignité est venu […] Une minute a suffi / Pour détruire Haïti (Adrien GRANDAMY) ; Jean Métellus pose sa voix sur les ondes. / Il faut qu’Haïti meure pour que l’avis d’un poète se dise. […] Que reste-t-il sinon la poésie comme un chant, repris de gorges en gorges ? […] Un poète parle qui dit ce que tout le monde sait. / Qui dit la misère endémique et le désespoir quotidien. (Xavier LAINE) ; Mon cri / a pris racine dans les chaînes / […] aux quatre vents des Caraïbes (José LE MOIGNE) ; Notre histoire est une mangue amère (Jean-Yves LOUDE) ; Je recouds les failles de la fraternité / En attendant le prochain Soleil…(Alain MABANCKOU) ; Sauf les gouttes de rosée / Entre mes doigts / Il m’a tout pris (Thélyson ORELIEN) ; souffrant du mutisme / des mots ensevelis sous les décombres // je ne fais qu’en moi traduire sans répit / l’étonnement de la voyelle O…(Jean-Robert PAUL) ; A Port-au-Prince les poètes sont légions / Ils ont les yeux crevés des voyants / Les mains percées de mots / Et le visage tatoué par les griffes de la nuit / […] Ils vont entre amour et colère / Dénoncer les pluies assassines / Et les soleils en uniforme de vampires […] A même les veines ouvertes des matins […] Ils sont la voix du peuple des peuples […] Haïti ne mourra pas trop de poètes l’ont créé […] Haïti soleil des carrefours et qui va son chemin de lumière convulsée, d’imprévisible survie parmi les cimetières et la graphie des vents (Ernest PEPIN) ; 12 janvier 2010 16 heures 53 minutes / […] ta chair meurtrie portera longtemps les traces / […] comme un acharnement / Encore toi (André ROBER) ; terre / Pourquoi m’as-tu frappé / […] Es-tu jalouse de la mer / qui elle a déjà balayé mes champs / es-tu jalouse du ciel / qui a déjà ruiné mes maisons / es-tu jalouse de moi / qui ai déjà fait trembler / la tyrannie (Dana SHISHMANIAN) ; déchirure // sanglot brutal // […] leur cri rauque nous déchire (Hélène SORIS) ; Il faudra bien / Retrouver le chemin // Même si // […] ces maux qui t’assaillent sans cesse (Richard TAILLEFER) ; afflue la nudité / la langue illimitée des disparus […] Peut-on dire ce que scandent les ruines / au ciel ulcéré d’histoire ? / Peut-on souffler ce que la poitrine brisée / fait entendre sous la cendre ? (Philippe TANCELIN) ; Haïti aux-pieds-plats / Toi la proue muée en poupe / Toi le pourtant soleil // Tu clochais clopinais / Dans ta sueur dans ta fange […] Voici que les furies t’intiment de ramper / En silences de houille ! (KOUAM TAWA) ; l’enfant, / l’enfant, / l’enfant, […] laissons donc aux autres le soin des discours / la vie est un merdier dénué de sens (Umar TIMOL) ; Le regard de l’enfant s’enfonce dans le plancher, […] Le soleil à genoux, pour toi, supplie. […] Que l’aveugle oublie sa cécité pour te voir en face (Khal TORABULLY).

On le constate, les mots sont trouvés.

Des mots forts, des images saisissantes, de bouleversantes évocations, seuls échos possibles à ce drame, qui, bien sûr, exacerbe l’émotion.

La sensibilité des poètes ne pouvait pas rester de marbre.

Fasse, maintenant, que ses mots atteignent de plein fouet le cœur de ceux qui vont les lire !

 

 

P.L

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 12:19

 

Mots…Captifs de la peur qui meurent dans les ténèbres. Vous avez votre silence comme linceul . Les bouches cousues. Ne supportent plus vos pleurs . Les gorges sont aveugles. Silence…les témoins fuient dans tous les sens. Mots… Aveuglés par la peur. Vous avez le silence comme témoin oculaire.

 

 

 

Il y a assez de sang sur la terre. Je me sens inhumain devant toi. Incapable de dire l’horreur qui habite le monde. J’ai honte de ma poésie . Du poète que je voudrais être. Quand on n’est pas humain. On n’a pas le droit de se dire poète. Je suis un charlatan et je ne le savais pas.

 

 

 

 

 

 

 

Je sais que j’ai vécu ailleurs. Dans le siècle de mes illusions. J’entre dans ce nouveau milliaire. Avec l’espoir de comprendre les choses. Le rideau s’ouvre sur un nouveau décor. Les acteurs sont déjà sur scène. Le spectacle ou une autre histoire vient de commencer.

 

 

 

 

 

 

 

Mon cri a survolé les sommets des montagnes. Là où demeure un silence de pierre. Mon cri s’est éteint au fond de mes entrailles. J’ai beau crier ton nom. L’écho est sourd. Il se moque des bruits de ce monde vautré dans un profond sommeil.

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons toi et moi traversé tous les sentiers. Nous avons enjambé tous les désastres. Quand une tempête a assiégé nos désirs . Nous nous sommes égarés sur le non-lieu. J’ai beau crier ton nom. Ma voix s’est heurtée au silence. Serais tu une musique très lointaine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 20:29

 

 

 

 

 

http://www.facebook.com/pages/Allo-Maurice/208996999112037?sk=app_106878476015645

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Patrimages
  • : Ce blog s'intéresse à la poésie, à la littérature de l'Océan Indien, à la philosophie, aux sciences, à l'Homme et au sens de la vie.
  • Contact

Texte Libre

Je valide l'inscription de ce blog au service paperblog sous le pseudo ananda.

<img src=http://annuaire-de-voyage.com/annuaire.gif"alt=Annuaire de voyage"border="0">

Annuaire de voyage

Recherche

Archives