Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 11:45

 

à Maggie Vijay-Kumar

 

 

I.

 

Nous avons fait semblant

D’être vivants

 

Nous nous sommes levés

Chaque matin avant l’aube

 

Toujours la même usine

Par le même chemin

 

La porte de service

Avant qu’elle ne se ferme

 

A peine quelques mots

Le café a bon goût pour nous donner du jus

 

Parfois on souffre

De savoir que la vie se poursuit

 

Cette angoisse qui nous prend à la gorge

 

Pouvoir en rire effrontément

 

 

 

 

II.

 

On s’évade alors dans des rêves

Que l’on sait impossibles

 

Singapour au petit jour

 

La couleur verte émeraude

De l’eau glacée des gorges du Verdon

 

On n’ose le corail des Maldives

Ni Zanzibar au soleil en plein mois de juillet

 

Ce soir nous retrouverons

Notre pavillon de banlieue et le jardin clos

 

Une parcelle de nous de toi et de moi !

En jachère d’horizon et de lumière

 

 

 

Richard Taillefer.

 

 

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 20:03

L'écrivain mauricien Sabir KADEL et le philosophe, également mauricien, Riyad DOOKHY s'entretiennent avec le poète et romancier Umar TIMOL au sujet de son roman publié aux éditions L'Harmattan en 2011, LE JOURNAL D'UNE VIEILLE FOLLE.

 

 

 


Les extraits du roman sont lus par Sonia DRISSI.

La musique est de Patrick STRATHOUS

 

 

 


Bonne écoute !

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=JI4Y9Nj7CdU

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
26 janvier 2013 6 26 /01 /janvier /2013 13:38

Le comprendre, c’est, déjà, modifier le monde.

 

 

 

En France, on ne le dit pas assez (si ce n’est pas du tout, et pour cause ), la poésie meurt de la conception élitiste d’elle qu’entretiennent les poètes et de leur manie sectaire de s’enfermer dans de petits « cercles » accaparés, bien sûr, par des universitaires, des « clercs ».

Tout attendre de l’état (travers bien local) n’est pas la solution !

 

 

 

Les Français, bien souvent, donnent l’impression que tout ce qu’ils savent faire, c’est revendiquer, se plaindre, appeler au secours l’état. A croire qu’il ne leur vient jamais à l’idée qu’ils pourraient eux-mêmes se prendre en main et prendre des initiatives.

Mais il faut dire, aussi, que l’état français (hérité de Louis XIV, de l’étau jacobin, du despotisme napoléonien et du « pouvoir personnel » gaullien) est particulièrement jaloux de son pouvoir central et de son omniprésence.

 

 

 

Si l’on désire l’améliorer, il faut bien critiquer le monde !

 

 

 

Fondamentalement, la France est un pays où la figure du prestige, la figure du pouvoir , du « poids » comme l’on dit parfois est celle du notable, à savoir d’un individu obligatoirement de sexe masculin, d’âge mûr ou plus que mûr, d’origine européenne, issu d’une famille de la haute  ou de la moyenne bourgeoisie.

 

 

 

C’est en s’intéressant au passé qu’on explique et comprend le présent.

 

 

 

Non à une poésie figée de notables et de maîtres d’école !

 

 

 

Penser, c’est aussi prendre des risques.

 

 

 

L’inconvénient, avec la France, c’est sa tradition paternaliste et « évangéliste » héritée de la civilisation romaine et de l’emprise de l’Eglise catholique.

Ce mythe – soigneusement cajolé – de « vocation à répandre la civilisation »  entretient dans l’esprit de la plupart des Français l’idée que leur culture est par essence un modèle. Il est au fondement même de l’orgueil hexagonal, de cette prétention – si paradoxalement universaliste et chauvine – à la « grandeur de la France » que cultivèrent aussi bien le Roi-soleil que Napoléon ou que De Gaulle – et dont le dernier avatar en date semble s’incarner dans  l’idéal « humanitaire » de droit d’ingérence de Bernard Kouchner. C’est lui qui a justifié toutes les entreprises coloniales françaises des XIXe et XXe siècles. « La France, mère de la civilisation », y a puisé tout son prestige, de même que toute son ambigüité.

Une « grande idée » qui tend à s’imposer aux autres par la force et la domination ne cesse t- elle pas d’être une « grande idée » ?

 

 

 

La France adore franciser et assimiler à tout crin. Son assimilationisme, qu’elle a cru si longtemps preuve de « générosité » et d’ « ouverture », s’avère en réalité être la manifestation et le socle d’une singulière intolérance à toute forme d’altérité, de souplesse et de pluralisme.

 

 

 

La  « francophonie » n’appartient pas à la France. Elle n’a aucune vocation particulière à assurer le « rayonnement » mondial de cette dernière, ou plus exactement, à le restaurer à partir de ce qu’il en reste.

 

 

 

A tous les niveaux de la vie humaine, il y a des germes de guerre.

Regardez déjà dans les pacifiques coins de campagne…les villages, les bourgades, et leur « esprit de clocher ».

Regardez les individus, qui cherchent toujours plus ou moins à se « monter du col », à prétendre qu’ils sont « tellement mieux » que tel autre, ou tel autre…ou les autres tout court !

L’être humain éprouve un irrépressible besoin de bomber le torse, d’impressionner autrui un peu à la manière des grands singes. Et c’est ce « complexe de supériorité », qui, potentiellement, réside en chacun de nous, qui est à la racine de la volonté d’affirmer sa prééminence et donc, de la tendance à entrer dans des rapports conflictuels.

C’est parce qu’au départ, « on se pose en s’opposant », parce qu’on s’affirme toujours CONTRE quelqu’un que la paix n’est pas de ce monde.

 

 

 

P.L.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 14:36

Artists angels

pour  MADAGASCAR

 

 

 


 

 

exposition

du 19 au 30 janvier 2013

 

(du lundi au samedi de 9h à 18h)

 

 

 


 

Vente aux enchères

Le

mercredi 30 janvier 2013

à 20h

 

 

 

 

 

CHEZ CHRISTIE’S

9 avenue Matignon,

75008  Paris  (France)

Tél : 33 (0)1 40 76 85 85

Fax : 33 (0)1 40 76 85 86

 

 

 

Cette vente aux enchères caritative exceptionnelle est organisée par TSARA KOMBA LODGE au profit de l’ONG DES VILLAGES ET DES HOMMES , 55 rue Edouard Vaillant, 92300, Levallois-Perret (France), mail : info@desvillagesetdeshommes.com

Tél : 33 (0)1 41 40 09 61

 

 

 


 

72 artistes contemporains s’engagent pour Madagascar.

Ils ont réalisé, à partir de porches et volets sculptés par les ZAFIMANIRY, peuple des hauts plateaux malgaches, 72 œuvres qui invitent à porter un double regard sur la culture Zafimaniry et l’art contemporain.

L’intégralité des bénéfices tirés de la vente de ces œuvres  sera consacré à des actions en faveur de populations démunies vivant avec moins de 1 dollar américain par jour. Les habitants du village d’ANTOETRA, source des savoir-faire zafimaniry, auront ainsi accès à l’eau, à la santé, à l’éducation et à un habitat digne respectant leur culture.

 

 

Avec les artistes : Jef Aérosol, Pierre Ardouvin, Chrisitan Astuguevieille, Virginié Barré, Mahi Binebine, François Boisrond, Matthieu Briand, Alain Bublex, Roland Castro, Chan, Jean Clerté, Jean Daviot, Jean Cortot, Alain Declerc, Marie Denis, Dewar & Gicquel, Hervé da Rosa, Noël Dolla, Sophie Elbaz, FAZ, Gregory Forstener, FKDL, Gérard Fromanger, Antonio Gallego, André Gas, Valery Grancher, Speedy Graphito, Bérengère Hénin, Yann Kersalé, Peter Klasen, Yuri Kuper,L’Atlas, Arnaud Labelle-Rojoux, Jean Le Gac, Julie Legrand, Marie Lepetit, Iris Levasseur, Emeric Lhuisset, Philippe Mayaux, Mathieu Mercier, Ivan Messac, Eric Michel, Andrei Molodkin, Mist, Patrick O’Reilly, Lucy et Jorge Orta, Yujiro Otsuki, Philippe Pasqua, Stéphane Pencréach, Laurent Pernot, Gérald Petit, Ernest Pignon-Ernest, Barbara Portailler, Elisabeth de Portzampac, Bernard Pras, RCFI, Hugues Reip, Rero, Julianne Rose, Nicolas Rubinstein, Benjamin Sabatier, Brigitte Saby, Sarkis, Jeanne Susplugas,Temandrota, The Blood Next Door, Stéphane Trois Carrés, Yveline Tropéa, Marc Van Peteghem, Vladimir Velickovic, Fabien Verschaere, Jacques Villeglé, Makhi Xenakis, Dominique Zinkpé.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
25 janvier 2013 5 25 /01 /janvier /2013 14:20

Le numéro 13 de la revue de poésie Point barre, publié par les éditions Vilaz métis, avec le soutien de l’Institut français de Maurice et du groupe Currimjee, aura pour titre « Un monde… des mondes ». Il comportera, en supplément, le dernier recueil (inédit) du poète et diplomate mauricien Raymond Chasle. Les poèmes seront agrémentés de plusieurs illustrations originales de Laval Ng et seront introduits par Françoise Lionnet (University of California-Los Angeles). Le numéro 13 de Point barre sera officiellement présenté dans le cadre du Salon international du Livre « Confluences », au Centre Swami Vivekananda, Pailles,  le 9 mars 2013 à 14h. Les musiciens Neshen Teroovengadum et Gilbert Pounia participeront à la cérémonie.

 

Figureront au sommaire de Point barre 13 :

1. Daniel Leduc (France) 

2. Alain Helissen (France) 

3. Fabrice Farre (France)   

4. Louis Vinça (Tchad) 

5. Saint-John Kauss (Haїti) 

6. Jean-Bernard Papi (France) 

7. Arnaud Sabatier (La Réunion)

8. Aqiil Gopee (île Maurice) 

9. Lisa Ducasse (île Maurice)

10. Bibi Quraishiyah Durbarry  (île Maurice) 

11. Michel Ducasse (île Maurice) 

12. Patrice Treuthardt (La Réunion) 

13. Anil Rajendra Gopal (île Maurice)   

14. Jean Watson Charles (Haїti) 

15. Dev Virahsawmy (île Maurice)

16. Tahar Bekri (Tunisie) 

17. Daniel Maximin (Guadeloupe) 

18. Yusuf Kadel (île Maurice)  

19.Alex Jacquin-Ng (île Maurice) 

20. Jacques Ceaux (France) 

21. Umar Timol (île Maurice) 

22. Arnaud Delcorte (Belgique)  

23. Khal Torabully (île Maurice)  

24. Saindoune Ben Ali (Comores)

25. Anssoufouddine Mohamed (Comores)

26. Soeuf Elbadawi (Comores)  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une illustration de Laval NG.

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 13:36

Le froid

réitère l’insécurité des corps

et la renaissance des appels au secours

à nouveau, gerce, écorche l’écorce de l’air…

ils sont des appels qui fusent à chaque détour,

des protestations de vie nouvelle née

de chairs en voie d’isolement,

de sécession

qui ont perdu leur contenant et qui ont faim

 

le froid

remonte le cours des réseaux veineux

et s’installe s’enkyste en l’espace intérieur

il empiète telle une intrusion du

dehors

immense étendue nue qui n’a rien à offrir

il dévitalise peu à peu

les chemins

les plus intimes de l’être en les vitrifiant,

en les évidant pour en tirer un son creux

et guttural qui fouaille jusqu’aux tréfonds

 

le froid

intensifie la solitude amère

au point que même couverts, en lui nous errons

plus dénudés et plus vides

qu’au premier jour

poursuivis par les crocs d’une meute de loups

 

le froid

avec son aura de lune et de gel

fait de nos corps

des gibiers de Comte Zaroff !

 

 

Patricia Laranco.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 13:34

corps miraculé

à force de transgresser

les serres de la pierre

 

pierre inscrite

dans les élégiaques

d’une

peau insurgée

 

 

Umar Timol.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 13:33

La terre s’éloigne

Des astres les plus proches

 

L’absence de vent accroit

La solitude de la lumière

 

Les couleurs du matin

Suspendues en plein ciel

 

Se détachent de la nue déserte

Comme des lambeaux de soleil

 

Les paroles criardes ou mélodieuses

Des oiseaux s’accrochent aux arbres

 

Pour ne pas tomber comme des pierres

 Au fond des puits les plus obscurs

 

 

François Teyssandier.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 11:34

C'était hier, mardi 22 janvier 2013, au CAFE DE LA MAIRIE, Place Saint-Sulpice, à Paris, dans le cadre des MARDIS LITTERAIRES de Jean-Lou GUERIN.

 

 

 

 

 

 

Les poèmes extraits de l'anthologie POESIE FEMININE CONTEMPORAINE DE LANGUE FRANÇAISE ont été lus par Elisabeth BLIN, Geneviève BUONO, Francine CARON, Maggy DE COSTER, Colette KLEIN, JEANNE-MARIE, Bojena ORSZULAK, Rebecca GRUEL et Jean-Claude ROSSIGNOL.

 

 

 


anthologie2-001.JPGA droite, la poète et romancière française Victoria THERAME.

 

 

 

 

 

 

 

anthologie2-003.JPGJean-Lou GUERIN.

 

 

 

 

 

 

 

anthologie2 008Geneviève BUONO, en pleine conversation avec son accompagnateur et compagnon.

 

 

 

 

 

 

 

anthologie2-015.JPGLa table des lecteurs : de gauche à droite, Maggy DE COSTER, Jean-Claude ROSSIGNOL, Colette KLEIN, JEANNE-MARIE et Elisabeth BLIN.

 

 

 

 

 

 

 

anthologie2-018.JPG

Jean-Claude ROSSIGNOL (à droite) présente son anthologie; à gauche, la poète, romancière et journaliste haïtienne Maggy DE COSTER.

 

 

 

 

 

 

 

anthologie2-023.JPGJEANNE-MARIE.

 

 

 

 

 

 

 

anthologie2-028.JPGanthologie2-029.JPGColette KLEIN, poète, peintre et animatrice des rencontres de ARTS ET JALONS et du CERCLE ALIENOR.

 

 

 

 

 

 

 

anthologie2-035.JPGElisabeth BLIN.

 

 

 

 

 

 

 

anthologie2-037.JPGLecture à deux voix : Colette KLEIN et JEANNE-MARIE.

 

 

 

 

 

 

 

anthologie2-045.JPGanthologie2-046.JPGanthologie2-049.JPGLa poète et comédienne Geneviève BUONO et son compagnon jouent un petit sketch sur les mathématiques de Schérazade, librement inspiré des Mille et Une Nuits.

 

 

 

 

 

 

 

anthologie2-057.JPG

Lecture à deux voix :  JEANNE-MARIE et Elisabeth BLIN.

 

 

 

 

 

 

 

anthologie2-078.JPGMaggy DE COSTER en pleine lecture.

 

 

 

 

 

 

 

anthologie2-088.JPGLa poète polonaise Bojena ORSZULAK lit un de ses poèmes; au fond, à droite, Victoria THERAME.

 

 

 

 

 

 

 

 

photo_2-rossiggnol.JPG

et  la photo de groupe finale : de gauche à droite, Bojena ORSZULAK, Francine CARON, Maggy DE COSTER, Jean-Claude ROSSIGNOL, Colette KLEIN, Rebecca GRUEL, Patricia LARANCO, Victoria THERAME et Geneviève BUONO (crédit photo : Geneviève BUONO)

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les femmes poètes lues au cours de cette soirée ont été :

Gabrielle ALTHEN (France), par JEANNE-MARIE et Maggy DE COSTER,

Andrée APPERCELLE (France), par Colette KLEIN,

Aïcha ARNAOUT (Syrie),  par Colette KLEIN,

Jana BOXBERGER (Tchéquie), par Elisabeth BLIN,

Paule BRINDEAU (France), par Colette KLEIN et JEANNE-MARIE,

Geneviève BUONO (Algérie), par elle-même et Jean-Claude ROSSIGNOL,

Francine CARON (France), par elle-même et Jean-Claude ROSSIGNOL,

Maggy DE COSTER (Haïti), par Jean-Claude ROSSIGNOL,

Jocelyne CURTIL (France), par Colette KLEIN,

Nicole GDALIA (Tunisie), par Elisabeth BLIN et JEANNE-MARIE,

Rebecca GRUEL (France), par elle-même et JEANNE-MARIE,

Colette KLEIN (France), par elle-même et Jean-Claude ROSSIGNOL,

Vénus KHOURY-GHATA (Liban) par Rebecca GRUEL et JEANNE-MARIE,

Christina LAÏFAOUI (France), par Elisabeth BLIN et JEANNE-MARIE,

Patricia LARANCO (Île Maurice), par Maggy DE COSTER,

Nicole LAURENT-CATRICE (France), par Jean-Claude ROSSIGNOL,

Dominique LE BOUCHER (France), par Colette KLEIN,

Nadine LEFEBURE (France), par Colette KLEIN,

Susanna LICHERI (Italie), par JEANNE-MARIE,

Colette NYS-MAZURE (Belgique), par Maggy DE COSTER et Rebecca GRUEL,

Bojena ORSZULAK (Pologne), par Colette KLEIN et par elle-même,

Cécile OUHMANI (Tunisie), par Maggy DE COSTER,

Claude SPERRY-FONTANILLE (France), par Jean-Claude ROSSIGNOL,

Marie SUNAHARA (Japon), par JEANNE-MARIE,

Victoria THERAME (France), par Maggy DE COSTER et Jean-Claude ROSSIGNOL,

Elodia TURKI (Espagne) par JEANNE-MARIE, Elisabeth BLIN et Jean-Claude ROSSIGNOL.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : P. Laranco.

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 15:46

Nouveauté aux EDITIONS K'A

 

 

 

 

 

 

 

 

ISBN 978-2-910791-98-8 EAN 9782910791988

20€

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les créations artistiques de La Réunion et de l’Île Maurice, ici réduites aux parts de la littérature et des produits filmiques, semblent peu propices à l’humour si l’on en juge par les seules œuvres qui arrivent jusqu’aux publics occidentaux.

Pourtant, le rire, la plaisanterie, la dérision, le jeu de mots bruissent dans l’espace social et créatif de ces deux îles. Souvent amers, ils invitent certes souvent à se demander s’ils font simplement « rire la bouche ».

Mais ils posent une autre question : pourquoi sont-ils aussi peu entendus dans les pays du dehors alors qu’ils semblent être un des modes de régulation majeurs des conflits et de la socialité complexe de ces mondes créoles postcoloniaux ?

C’est ce que s’attache à analyser ce volume, publié dans le cadre de l’Observatoire des Sociétés de l’Océan Indien (OSOI) de l’Université de La Réunion.

 

 

 

 

 


 

 

 

Contributions :

Markus ARNOLD (Ecole supérieure d’Art de La Réunion, University of Johannesburg)

Bruno JEAN-FRANÇOIS (Mauritius Institute of Education)

Yolaine PARISOT (Université Rennes 2)

Mar GARCIA (Universitat Autonoma de Barcelona)

Entretien avec Wassim SOOKIA

Illustrations tirées des films de David CONSTANTIN, Wassim SOOKIA, Gaston VALAYDEN, de la pièce Votez Ubu colonial d’Emmanuel GENVRIN et de la TROUPE DU THEATRE VOLLARD, des strips de Tiburce DE TEHEM.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Patrimages
  • : Ce blog s'intéresse à la poésie, à la littérature de l'Océan Indien, à la philosophie, aux sciences, à l'Homme et au sens de la vie.
  • Contact

Texte Libre

Je valide l'inscription de ce blog au service paperblog sous le pseudo ananda.

<img src=http://annuaire-de-voyage.com/annuaire.gif"alt=Annuaire de voyage"border="0">

Annuaire de voyage

Recherche

Archives