Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 10:54

danse-de-formes-018.JPGdanse-de-formes-017.JPGdanse de formes 017danse-de-formes-016.JPGdanse-de-formes-014.JPGdanse-de-formes-013.JPGdanse-de-formes-012.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

danse de formes 018danse-de-formes-041.JPGdanse-de-formes-043.JPGdanse-de-formes-044.JPGdanse-de-formes-045.JPGdanse-de-formes-046.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : P. Laranco.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 18:25

 

Dimanche Culture

 

 

 

 


Sur     Radio One

 


 

 

 

 

 

De   11h00   à   Midi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Au sommaire de cette 154eme édition:

 

 

 

 

 


Franck Thilliez, le roi du polar, qui sera a Maurice très bientôt  l’invité de l’Institut Français de Maurice

 

 

 


Barlen Pyamootoo, l’animateur de l’Atelier d’Ecriture invité  aux Etats-Unis pour six mois pour animer deux résidences d’écriture

 

 

 


Rachel de Spéville de Pamplemousse Productions pour les prochaines publications de cette maison entre  autres Tansion Caiman  de René Noyau et L’Hôtel du Gouvernement  de George Easton

 

 

 


Guy Narainsamy dans Tranches de Souvenirpour nous faire revivre le Port-Louis des années 40….et ses rencontres avec un médecin bénévole…Seewoosagur Ramgoolam

 

 

 

 

 


Bonne écoute et bon dimanche !

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 11:30

 

La quinzième édition du

 

 

 

 

 


FESTIVAL POPULAIRE    DE POESIE    NUE

 

 

 

 

 


se déroulera à Goussainville (Val d'Oise, France)

 

 

 

 

 


le samedi 25 mai 2013.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Organisée par Camille DE ARCHANGELIS et Walter PIETROPOLI , elle accueillera des poètes, tels Roland NADAUS, Guy ALLIX, Richard TAILLEFER, Michel PRADES, Didier-Michel BIDARD, Pierre BELLENEY etc... des peintres tels Alain STROPPIANA ou Pierre MURILLO, des éditeurs de revues de poésie, des éditeurs de poésie, des musiciens dont le groupe ORGUENVILLE, des artisans dont MAUD ET MERVEILLES.

 

 

 


Cette grande fête de l'Amitié et de la Création est soutenue par les Editions des Archives Bidard et les Editions de l'Obsidienne.

 

 

 


Pour participer contacter : camilledearchangelis@free.fr

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 10:54

 

Le poète qui marche sur le fil des mots est un funambule de haute lignée qui n'a même pas peur du vide.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Jean-Pierre Lesieur.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 09:48

 

À Wallis

Deux hérons chahutent à mes pieds

Au bord de l'eau

Couple heureux

Je griffe l'horizon de mes espoirs déchirés

La tendresse de ma famille en plaid

J'habite l'horizon

Je suis l'horizon, ligne changeante

Pointillée de blanc

Ses îlots à la main

Tous mes souvenirs, îlots aux pointes de plage

Quelques petits sommets de chapelle

Là où j'ai fait la paix avec moi-même

Au loin quelques petits enclos inassouvis

Où je souffle ma pluie d'écume

Où je cache mes fruitiers amers

Je suis l'horizon que guettent les vigies

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Rosemay Nivard

Inédit, août 2012.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 13:47

 

Polémique

 

 

 

 

 


du   25/08/12

 

 

 

 

 


 

sur   Radio One

 

 

 

 

 


de   9h   à   11h

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Thèmes (entre autres) :

 

 

 

 

 

 

 


*  L’actualité politique

 

 

 

 

 


*  L’invitée de ce samedi: Shabana Raman du     Ralliement Citoyen pour la Patrie….

 

 

 

 

 


*  Vos interventions     sur le 2108910

 

 

 

 

 


*  Sans oublier le billet d’humeur et d’humour de Priscilla Moothien où il sera question des lectures de nos hommes politiques…

 

 

 

 

 

 

 


Bonne écoute !

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 11:57


Toute la vie on rêve de grandiose

Puis on passe à côté de la gnose

Pour pas grand-chose on finit avec l'âme pleine d'ecchymoses

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Hugues Cote 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 10:58

 

Nous sommes habitués à l’ambiance lugubre  et sinistre que dépeint l’auteure dans  ce texte et qui marque de son sceau  la plupart de ses écrits précédents   dans lesquels nous   avions vu  l’écho  lointain, inconscient  d’une descente douloureuse  vers l’air ambiant  à la suite d’une naissance difficile. En effet, Freud a montré que  le bébé, à   sa sortie de la matrice de sa mère  qu’il assimile  à un paradis perdu  , est vite choqué et terrorisé dès qu’il se trouve tout seul  au milieu d’un monde  excentrique . Que dirions-nous alors – et c’est le cas ici – lorsque l’expulsion vers ce monde est traumatisante   et dramatique ? Et la preuve du caractère  ébranlant de cette sortie lointaine est que l’arbre qui est universellement un symbole positif  , du fait qu’il  est ,  de par sa constitution , l’image de la paix , de l’harmonie et de l’équilibre entre  terre et ciel   , se trouve  soudain transformé en une silhouette malingre  évoquant la  laideur , la douleur  , l’horreur et même la mort .  Voilà  qui montre qu’il s’agit ici d’une projection d’un mental blessé et rongé par les phobies et les affects sur cette plante incarnant la vie  dans toute sa splendeur et dont même sa nudité passagère pendant l’automne n’a jamais  suscité autant d’émotions et de sensations négatives.

Bien entendu,  nous ne faisons que tenter d’analyser ce texte et loin de nous l’idée de faire le procès de la personne de l’auteure qui est libre  de doter  , en tant que créatrice  , sa locutrice  ( le je féminin dans le texte ) de la psyché qu’elle veut. Et le plus important pour nous  est l’expression esthétique des idées formulées  dans le texte, qui se distingue par un haut degré de finesse  surtout au niveau des images pour la plupart surprenantes telles que :  les arbres hissent leurs branches trop pâles, d’une couleur éteinte, comme s’il s’agissait de bras qui se tendent, pour supplier, appeler au secours - cette gelée qui lèche la ville et les toits du vieux lycée -  Arbres suppliciés, cotonneux - Bras tendus, bouquets de bouches de masques grecs - Même pour les corbeaux, il faut croire que les gouffres, les puits sont répulsifs .

Je ne saurais mettre fin à ce commentaire hâtif sans rappeler que, dans l’ensemble, les écrits de cette poétesse et nouvelliste témoignent d’ un univers à part et  d’un style réellement  singulier .

 

 

 

 

 


Mohamed Salah Ben Amor.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

LES GOUFFRES.

par Patricia Laranco

 

 

 

 

 


 

Aube d’hiver.

Les arbres hissent leurs branches trop pâles, d’une couleur éteinte, comme s’il s’agissait de bras qui se tendent, pour supplier, appeler au secours.

 *

Aube d’hiver.

Aux fenêtres, les lueurs carrées déclinent. Elles se fondent, petit à petit, dans la gelée grise, laiteuse, cette gelée qui lèche la ville et les toits du vieux lycée.

 *

Bientôt, il neige.

Deux coloris : gris figé, tétanisé et noir de métal, noir pentu.

Univers qui se bute dans son refus soudain, abrupt, définitif d’enfanter d’autres gammes, d’autres jeux chromatiques.

 *

Aube d’hiver.

Arbres suppliciés, cotonneux. Bras tendus, bouquets de bouches de masques grecs. Bouquets menaçants de cratères de tragédie.

Que crient-ils ? Quel cri figent-ils, qui les perfore ?

 *

Ces arbres ont quelque chose de malsain, qui m’aspire. Leurs bras suppliants escortent la galerie, entrecoupés de leurs terribles yeux d’abîme, de leurs horribles yeux-cratères qui la guettent.

Mon ouïe m’indique de puissants croassements qui traversent l’air, mais aucun corbeau, à ma surprise, n’est visible.

Même pour les corbeaux, il faut croire que les gouffres, les puits sont répulsifs.

 *

Ces arbres ont quelque chose de particulier. Je ne sais vraiment pas pourquoi, mais ils me font penser à des plantes carnivores : ils semblent s’ouvrir, tels des corolles tourmentées, de mystérieuses anémones de mer aux tons désolés de craie mariée à la cendre.

A leur sommet, ceinture de branches, autour d’un nid, d’un espace, d’un écartement bien dégagé, légèrement bosselé par des ébauches de bulbes, de protubérances de chair blême- ou peut-être bien plutôt, le terme serait plus juste- décolorée, ainsi que le sont les chairs mortes, les chairs de cadavres atrocement blanches que l’on entrepose à la morgue.

Et puis, au beau milieu du nid, du bombement de chair morte, le criblant, les gouffres que je viens de décrire, et dont la noirceur se met à pulser.

Mais pour réclamer quel tribut ?

 

 

 

 

 

 

 

2007.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 13:08


Chase Iron Eyes vient de mettre une pétition en ligne pour demander que la vente aux enchères soit retardée, le temps de réunir les fonds nécessaires, car ils sont encore loin du compte.

 


 

 

 

 

 

 

 


Voici le lien :

 

 

 

 

 


http://www.thepetitionsite.com/686/718/938/stop-the-sell-of-pe-sla-south-dakota/

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Apportez votre soutien en signant la pétition !

Merci.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 12:04


1

 

 

 

 

 


Ma terre d'aube

hésite quelquefois

à saisir son passé

 

 

 


Matière d'infini

à s'exiler hors de la bouche

les mots grincent

 

 

 


Cependant la maison

garde le souvenir

de ce qui fut inscrit

 

 

 


La pierre s'appartient

rien de vraiment facile

pas même l'imprononcé

 

 

 

 

 

 

 

 

 


2

 

 

 

 

 


Qui ôte leur savoir

aux vieux clochers à jours

 

 

 


Dans les enclos pavés

de sautes de mémoire

 

 

 


les ossuaires ne marquent plus

qu'une imprécise attente

 

 

 

 

 

 

 

 

 


3

 

 

 

 

 

 

 


Dans l'espace guéable

que la pluie effiloche

 

 

 


aidé par le silence

habité des rivières

 

 

 


la mort à terme échu

remonte la vallée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


José Le Moigne

in Portuaires ...,

Guy Chambelland-Le Pont de l'Epée

1985

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Patrimages
  • : Ce blog s'intéresse à la poésie, à la littérature de l'Océan Indien, à la philosophie, aux sciences, à l'Homme et au sens de la vie.
  • Contact

Texte Libre

Je valide l'inscription de ce blog au service paperblog sous le pseudo ananda.

<img src=http://annuaire-de-voyage.com/annuaire.gif"alt=Annuaire de voyage"border="0">

Annuaire de voyage

Recherche

Archives