Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 10:10

 

Jean BOTQUIN

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


STRATES DU SOUVENIR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Aux Editions du Cygne

www.editionsducygne.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       

 

 

 

 

 

 

 

       

 

 

 

 

 

 


Pour ses 80 ans, l’auteur a réuni des poèmes et des textes d’origine et d’âge divers pour les unir dans une espèce de quête à rebours: archéologie de la mémoire à travers les strates superposées du souvenir. Poèmes de jeunesse mais aussi de maturité, ils ne sont pas datés. À la lecture ils se révèlent étrangement intemporels comme s’ils venaient tous d’être écrits. D’inspiration diverse ils forment cependant une œuvre homogène autour des thèmes de la création, de l’amour, de la mort et de la beauté.

Poésie sensuelle, elle est aussi un véritable hymne à la vie.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 17:44

 

POETES EN RESONANCE

 

 

 

 


vous invite à

 

 

 

 


une LECTURE des POETES :

 

 

 

 


Francis COFFINET

Louis-Philippe D’ALEMBERT

Tristan FELIX

 

 

 

 


Accompagnés par Stéphane GALLET, musicien

 

 

 

 


Le VENDREDI 27 AVRIL 2012

 

 

 

 


à 20h

 

 

 

 


à la

COMPAGNIE RESONANCE

8 rue Camille Flammarion

75018 Paris

 

 

 

 


ENTREE LIBRE

 

 

 

 


Un accueil est prévu pour les enfants

La soirée se poursuivra autour d’une collation festive

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 15:21

 

Dans le cadre de l’hommage organisé par l’association réunionnaise KABAR au MINISTERE DE L’OUTRE- MER, 27 rue Oudinot 75007 Paris, Salle Félix Eboué de 13h à 19h 30  en COMMEMORATION DE L’ASSASSINAT D’ESCLAVES ayant mené, en 1811, la REVOLTE DE SAINT LEU DE LA REUNION ,

 

 

 

 

 


le 27 avril à 16h

 

 

 

 

 


le poète Pablo POBLETE lira des textes

 

 

 

 

 


ENTREE GRATUITE

 

 

 

 

 


Réservation sur contact@kabar.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Hommage

Débat

Exposition

Poésie

Projection de film

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 10:07

 

 

 

En un souffle s’efface un reste qui était encore vie je m’incline devant ce rien qui est éternité et force m’est de me taire

 

Suis-je bien en plein désert ou seul dans mon jardin l’hiver  plus de feuillage plus d’herbe la nature est infirme

 

Mais je suis de ceux qui relèvent la tête rien n’est fini te dis-je

 

 

France Burghelle-Rey.

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 19:50

mini-018.JPG

mini-019.JPG

mini-020.JPG

mini-021.JPG

mini-022.JPG

mini-023.JPG

mini-024.JPG

 

 

Photos (réalisées à partir d'une gouache) : P. Laranco.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 14:11

 

Jeudi 26 avril 2012

 

 

 

 

 

à partir de 18h

 

 


 

à l’INSTITUT FRANÇAIS DE MAURICE

(Rose-Hill)

 

 

 

 

 


 

aura lieu le

LANCEMENT  de la revue

L’ATELIER D’ECRITURE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Monica MAUREL présentera son livre

Thirteen in 1958

 

 

 

 

 

 

 

 

Lectures par Alexandra Isaacs et  Barlen Pyamootoo, en présence de l’auteur, bien sûr.

 

 

 

 

 

 

 


Venez nombreux !

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 10:13

 

ADOLESCENTS.

 

 


 

Dans la forêt de mon cœur

J’avais tracé ta clairière

Ton rire éclatait en mille couleurs

Nous étions bariolés d’arcs-en-ciel mélodieux

Et nous dansions de folles chansons

Sans nous poser la moindre question

 

 


 

Les étoiles tombaient

Dans nos mains réunies

Comme des paillettes de printemps

Au bord de la mer la joie galopait

De vague en vague

De bouche en bouche

Aux parfums de nos lèvres

 

 


 

Nous jouions à la désespérance

Et aux incompris

L’orient nous embrasait

Quand le couchant sombrait

Les anges nous touchaient de leurs ailes

Notre jeunesse portait son raz-de-marée

Au-delà des fétiches qui se noyaient

 

 


 

Nous ne savions rien de ce qui nous attendait

Tu marchais sur des sables mouvants

Les yeux fermés

Ta main dans la mienne

Tu croyais à la conquête du monde

Tu étais belle comme une rose

Qui ne fanerait jamais

 

 

 

 

 

 


 

 

Jean Botquin.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 10:01


Ce texte poétique est généré à partir d’une  question obsessionnelle sur la singularité d’un point bien déterminé du temps cosmique : quatre heures du matin.Cette question  relève  très précisément du côté psychique  et non psychanalytique, car elle révèle une angoisse intense  face à l’existence  et non un état névrotique . Bien entendu  , un géophysicien  y répondrait que cette heure n’a rien de particulier par rapport à toutes les autres heures. Mais il n’en est pas de même  pour une âme humaine hypersensible qui  projette  sa psyché sur le monde externe,  lui donnant   , sans le vouloir , des dimensions qu’il n’a pas du point de vue scientifique pur ,  même s’il semble  à la locutrice que ce moment   bien précis  a des effets non seulement sur  elle mais aussi sur les  êtres inanimés de l’univers (Entre chaque atome, cet immense état creux et les astres, gigantesques aspirateurs… ) . Cette projection reflète  , en réalité,une  sensibilité extrêmement aiguisée  à l’égard du vide et  de l’absence de l’humain . Et il faut chercher sa cause profonde dans l’humeur innée de la poétesse qui paraît être marquée par une vision tragique de l’univers selon le sens que Georg Luckacs donne à ce terme , c’est à dire  une vision née d’une rupture avec le monde . Et ce qui confirmerait  la justesse de cette interprétation est que pour ceux dont l’âme est en communion  totale avec l’univers comme les romantiques par exemple, ce  moment-là  se présente comme une source de jouissance  et d’extase  . Sur le plan du style , la poétesse nous a gratifiés ,comme d’habitude ,  de toute une série d’images de création pure telles que un gigantesque accroc dans la trame des heures / trou où s’échappe, en hémorragie, la substanceoù la nudité des astres, on le sent, fait mal / repères éclipsés. Mutisme lisse, entre chaque grain de matière.

Mohamed Salah Ben Amor.

 

Quatre heures du matin.

par Patricia Laranco

 

Quatre heures du matin.

C’est l’heure la plus froide.

L’heure où le monde, dans son ensemble, s’absente de soi.

Un gigantesque accroc dans la trame des heures.

Un hiatus où le vide, enfin, peut s’engouffrer.

L’heure où l’on se demande si ce Tout (ce tout-ça) va renaître. Monumentale, maximale hésitation.

Quatre heures du mat’.

Moment de l’absolu exil.

Insondable silence des choses désertées…

Trou où s’échappe, en hémorragie, la substance…où la nudité des astres, on le sent, fait mal.

Quatre heures de la nuit noire. Repères éclipsés. Mutisme lisse, entre chaque grain de matière.

Entre chaque atome, cet immense état creux.

Et les astres, gigantesques aspirateurs…

Que fait-on là ?

Attend-on l’éternel retour ?

 

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 20:21

 

 

 

 

 

Exposition

47  PORTRAITS D’INSURGES

par RAHARIMANANA

et Pierrot MEN

 

Madagascar.

65 ans après l’insurrection de 1947 qui se solda par l’un des plus grands massacres coloniaux, le photographe fait resurgir les mémoires et regards oubliés, l’écrivain redit les voix qui se sont perdues.

Reprendre mémoire.

Dire l’histoire, pour mieux comprendre les maux et rêves d’aujourd’hui.

 

 

Du 29 avril au 27 mai 2012

de 11h à 19h

(de 13h à 19h le dimanche)

 

Vernissage le jeudi 03 mai à 18h 30

 

Soirée « VOIX D’INSURGES » le  08 mai à 19h 30.

 

 

 

Exposition pensée et écrite par Raharimanana

Production : ZERANE CONFLUENCE ARTISTIQUE ; zerane gmail.com ; 01.58.30.64.20

(réservation conseillée pour la soirée du 08 mai)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 10:27

Longtemps, la nature de l’intelligence nous est demeurée plutôt mystérieuse. Mais à présent, elle est l’objet d’une foule de recherches scientifiques, qui débouchent d’ailleurs sur des perspectives de plus en plus ahurissantes.

Exemple : on en est aujourd’hui au point de poser légitimement et sérieusement des questions comme : « et s’il suffisait de quelques pilules pour stimuler notre intelligence ? ».

L’émission scientifique allemande X.enius a choisi, à son tour, de s’intéresser à ce problème.

En premier lieu, elle nous fait découvrir un homme, Johannes MALOW, qui, grâce à un entraînement de la mémoire intensif, parvient à réaliser des « performances étonnantes » : se souvenir de suites de 1000 chiffres et jongler avec elles. L’entraînement mnésique et la stimulation intellectuelle vont souvent de pair…

A partir du moment où l’on se met d’accord sur ce qui constitue une « performance intellectuelle », on est, aujourd’hui, tout à fait capable de « mesurer l’intelligence », et de définir en quoi elle consiste. L’intelligence, c’est, en fait, la capacité à  « comprendre très rapidement les choses» couplée à celle d’ « élaborer de nouveaux modèles intellectuels et de nouveaux comportements ».

Tout ceci met à contribution un certain nombre de fonctions et d’aptitudes : la mémoire, le langage, l’imagination, la capacité d’abstraction, la concentration, la créativité et le raisonnement logique.

Ainsi, un autre exemple nous est présenté, celui des MOINES BOUDDHISTES, lesquels sont de véritables champions de la CONCENTRATION et qui obtiennent, il se trouve, d’ « excellents scores » aux tests de détection de l’intelligence. Les neuroscientifiques ont, d’ailleurs, dûment prouvé, grâce à des tests, que, comme ils nous l’apprennent, « les exercices de méditation » ont le pouvoir de « modifier le cerveau ».

L’allemand Johannes Madow, pour sa part, ne connait pas son QI. Toujours est-il que, comme nous l’avons vu, ses prouesses intellectuelles résultent avant toute autre chose, d’un entraînement extrêmement poussé.

Les chercheurs prétendent que le QI n’est, en tout et pour tout, « qu’un outil ». N’empêche qu’un autre prodige, lui âgé de seulement 12 ans, Konstantin KUDLER, jouit d’un QI de 140 et (relation de cause à effet ?) est à même de mémoriser des noms, des visages, des cartes ou des chiffres « en un peu plus d’une minute » seulement. Interrogé, le jeune garçon nous explique que, pour les chiffres, il procède en associant à ceux-ci des images qui lui permettent de les graver dans sa mémoire. Un truc mnémotechnique, en somme…

Ce qui est désormais certain – parce que dûment démontré par des recherches neuroscientifiques – c’est que chaque évènement qui nous arrive induit une réaction immédiate de nos cellules nerveuses (neurones) sous forme d’ « impulsion ». Mais ce n’est pas tout…le SOMMEIL PROFOND s’avère absolument déterminant, en ce qu’il induit une véritable réactivation neuronale des informations au cours de laquelle ces dernières sont transférées de la MEMOIRE IMMEDIATE (ou MEMOIRE A COURT TERME) dont le siège est une zone du cerveau appelée l’HIPPOCAMPE, au CORTEX qui, lui, est le siège de la MEMOIRE A LONG TERME.

Des expériences menées dans des LABORATOIRES D’ETUDE DU SOMMEIL ont établi que, pendant les phases de sommeil profond, le cerveau se mettait à produire des ONDES DELTA. Conséquence : « ceux qui ont un bon sommeil profond bénéficient d’une beaucoup plus grande mémoire », le meilleur exemple étant celui des ENFANTS.  Par contre, « à partir de 40 ans, le sommeil profond diminue en temps et en intensité ».

Il s’avère donc que « le nouveau savoir doit être consolidé pendant le sommeil ».

Pour nous en administrer la preuve, les chercheurs se livrent à une expérience de stimulation des ondes delta menée pendant le sommeil profond d’un groupe d’étudiants. Ici, les ondes sont intensifiées par stimulation électrique. Résultat ? A la faveur de tests, les étudiants concernés témoignent d’une mémorisation parfaite des mots qu’on leur a fait apprendre avant qu’on agisse sur leurs ondes delta ! Ce qui tend à établir amplement le fait que le sommeil profond, par sa stimulation de la mémoire, favorise l’apprentissage. C’est dire si la mémoire et la cognition sont intimement liées !

Au laboratoire de neurophysique de L’UNIVERSITE DE BERLIN, nous rencontrons une spécialiste de « l’entraînement cérébral », le Pr EUZER. Elle nous confirme que oui, « on peut parfaitement entraîner le cerveau » mais, pour l’instant, non pas dans sa globalité, mais plutôt par tranches ; elle précise : « on n’entraîne qu’une seule facette ». Cette facette peut être la mémoire, ou encore la pensée abstraite, l’intelligence spatiale, la concentration.

Mais de quelle manière les stimule-t-on ?

Mme Euzer nous cite divers moyens : les psychostimulants, qui eux-mêmes se répartissent en deux catégories : les substances licites que sont CAFEINE et GINGKO BILOBA, et les substances disponibles  sur ordonnance seulement, telles le MODAFINIL et la RITALINE.

Mais, constate-t-elle, les « effets » sont « très variés et surestimés » sur les sujets sains.

Il n’empêche ; le débat sur le DOPAGE DU CERVEAU commence à faire rage…

C’est ainsi que des tests ont été effectués sur des JOUEURS D’ECHECS ; on a administré à ceux-ci, tour à tour, de la RITALINE, de la CAFEINE et des AMPHETAMINES, tous stimulants avérés. La question était : sachant qu’ils agissent au niveau des points de contact entre les SYNAPSES (chargées de transmettre, d’un neurone à l’autre, les signaux chimiques) en y bloquant des substances telles que la DOPAMINE, de pareils produits permettent-ils vraiment d’engranger des savoirs ? Les résultats, mitigés, donnèrent lieu à des interprétations assez divergentes : pour un autre spécialiste, Claus LIEBE,  les psychostimulants administrés n’ont fait que « dégrader la performance » des joueurs d’échec-cobayes, son explication de ce phénomène étant que jouer aux échecs est « une performance à la fois cognitive et créative ». A rebours, le Pr Euzer semble afficher une opinion contraire, ce qui, assez bizarrement, ne l’empêche pas de déclarer qu’«il n’existe pour l’instant aucun pilote rendant plus créatif ou plus intelligent ». A cela, elle ajoute qu’il est temps de « porter le sujet [d’un éventuel dopage du cerveau] sur la place publique » pour en faire un débat de société. Elle en profite également pour remarquer, au passage, que « la caféine est accessible partout ».

Autrement plus affirmatif et enthousiaste que ces deux savants européens est Allan SNYDER, chercheur à L’UNIVERSITE DE SYDNEY.

Fasciné par la CREATIVITE, Snyder définit cette dernière comme le fait de « combiner des idées apparemment sans aucun lien pour en faire une idée nouvelle ».

En menant, dans son CENTRE DE RECHERCHE SUR LE CERVEAU, des tests sur des étudiants qu’il faisait DESSINER, il a constaté que, pour la plupart des gens, le dessin n’était pas une acte de représentation, mais un acte de PROJECTION : "nous dessinons tous des caricatures de ce que nous croyons connaitre, des symboles  de ce qu’on connait ", et cela « entrave la créativité ». A côté de cela, le savant australien nous cite le cas de NADIA, qui est une jeune AUTISTE ASPERGER et qui, en tant que telle, a, au contraire de nous, accès aux « informations brutes qui existent avant d’être conceptualisées » et, de ce fait, réalise de fabuleux dessins.

Snyder explique : dans le cerveau, l’hémisphère gauche mémorise les concepts et les pré-connaissances, et c’est à l’hémisphère droit que reviendrait le privilège d’avoir une créativité plus grande. Il suffirait en conséquence de « mettre en veilleuse une partie du cerveau » pour en réveiller d’autres…et le tour serait joué ! C’est ce qu’a entrepris de faire Snyder, à l’aide d’une machine qu’il a mise au point, un « appareil à courant électrique et à ondes magnétiques » qu’il utilise, là aussi, sur des étudiants volontaires.

Et il a été frappé par le fait qu’après chaque stimulation, les dessins que produisaient ses sujets d’expérience affichaient des caractères étonnamment plus réalistes. A croire que leur sens du détail, donc leur performance, avait été boostée, exactement comme on le constate chez les autistes Asperger.

Mais il reste, bien sûr, à totalement, solidement valider ces résultats, et Alan Snyder est un savant encore en butte à des controverses.

La créativité est peut-être la part la plus complexe, la plus difficile à cerner de l’intelligence…

P. Laranco.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Patrimages
  • : Ce blog s'intéresse à la poésie, à la littérature de l'Océan Indien, à la philosophie, aux sciences, à l'Homme et au sens de la vie.
  • Contact

Texte Libre

Je valide l'inscription de ce blog au service paperblog sous le pseudo ananda.

<img src=http://annuaire-de-voyage.com/annuaire.gif"alt=Annuaire de voyage"border="0">

Annuaire de voyage

Recherche

Archives