Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 10:47

Le vendredi 13 avril 2012

 

à partir de 18h

 

 

à l’INSTITUT FRANÇAIS DE MAURICE

de ROSE-HILL

 

 

aura lieu la manifestation

le Printemps des Poètes

 

 

« L’intitulé du 14ème Printemps des poètes voudrait inviter à considérer quelle parole les poètes tiennent sur les commencements, l’apprentissage du monde entre blessures et émerveillements, appétit de vivre et affrontements à la « réalité rugueuse », comment leur écriture aussi garde mémoire du rapports premier, libre et créatif, à la langue. » (Jean-Pierre Siméon, directeur artistique).

 

Pour célébrer cet évènementpoétique, l’Institut Français de Maurice convie L’EQUIPE DE LA REVUE "POINT BARRE" à partager avec le public ses écrits, ses cris et ses chants . Tous mêleront à leur parole celle de poètes disparus français ou étrangers pour un voyage entre les mots, accompagnés par l’écho musical de Richard BEAUGENDRE et Eric TRITON.

 

 

 

 

 

« Notre regard est agrandi sur nous et sur les autres , sur les lieux et les objets lorsqu’un poète nous a conviés à l’exploration de l’inconnu… »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Institut Français de Maurice

Rose-Hill

Tél : 467 42 22

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 10:07

PROJECTION

EN AVANT-PREMIERE

DE LA SERIE DE DOCUMENTAIRES (2 FILMS)

 

« AFRICAPHONIE »

 

VENDREDI 23 MARS 2012 à 14h00

à L’UNESCO - SALLE XII

 

Maison de L’UNESCO

7 place Fontenoy

75007 Paris

 

 

Entrée Libre

 

 

A travers le premier volet des films documentaires « AFRICAPHONIE », le président Jacques Chirac,

Christiane Taubira, Françoise Vergès, Lilian Thuram et d’autres personnalités témoignent sur la nécessité de commémorer le 10 mai : « journée nationale de commémoration de l’abolition de la traite et l’esclavage ».

Ce second volet, « AFRICAPHONIE HÉRITAGE », basé sur la transmission et l’enseignement de cette histoire met en lumières le travail mémoriel effectué par la société civile (les artistes, les associations, les historiens, les professeurs, les institutions, les musées) pour remémorer à la population française cette histoire.

Suite à la projection des films, un débat viendra clore l’évènement avec des intervenants associatifs ainsi que Madame Christiane Taubira Députée de la Guyane, Aude Désiré Professeur d’histoire, Louis Georges Tin le Président du CRAN et l’historienne Sandrine Lemaire.

 

 

RETROUVEZ DES A PRESENT, LA BANDE-ANNONCE DES FILMS DOCUMENTAIRES EN

SUIVANT LES LIENS CI-DESSOUS :

 

http://www.akwaaba--‐production.com/documentaires/2010--‐2.html

 

http://www.akwaaba--‐production.com/documentaires/2011--‐2.html

 

 

 

Réservation indispensable

akwaabaprod@gmail.com ou marisolnoriega17@gmail.com

 

 

 

 

 

UNESCO

Khadija Y. Touré (Mrs)

1, rue Miollis 75732 Paris cedex 15

Tel. +33(1)45 68 49 45

 

 

 

 

 

 

AKWAABA Productions : 26, rue de Lappe 75011 PARIS --‐ SIREN 514630425  APE 5911A

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

! !!

AFRICAPHONIE 2012

 

“LE TOUR DE FRANCE DE LA MEMOIRE”

 

à l’UNESCO (Paris 07), le 23 Mars 2012 de 14H00 à 17H00.

 

Le 24 mars 2012 à 16H00, aux Rencontres internationales du Mémorial

Château des ducs de Bretagne, Nantes

 

 

INSCRIRE LA JEUNESSE DANS UNE DEMARCHE CITOYENNE

« LE TOUR DE LA MEMOIRE » est un projet pédagogique visant à transmettre aux élèves de collèges et lycées de France et d’Outre Mer les mémoires et l’histoire de l’esclavage.

En partenariat avec l’UNESCO, l’O.I.F, Ministère de l’Outre Mer, CPMHE, les musées de Nantes, de Bordeaux, et plusieurs associations (le CRAN, Bulles d’Oxygène, Orig’in), nous proposons aux élèves de plusieurs établissements scolaires français d’assister à la projection des deux films documentaires Africaphonie. Le premier « 10 MAI AFRICAPHONIE » basé sur la journée de commémoration de l’abolition de l’esclavage http://www.akwaabaproduction.com/documentaires/2010-2.html et le second  « AFRICAPHONIE HERITAGE » axé sur les formes de transmissions de l’histoire de l’esclavage http://www.akwaaba-production.com/documentaires/2011-2.html.

Le premier événement aura lieu à l’UNESCO (Paris 07), le 23 Mars 2012 de 14H00 à 17H00.

Un débat viendra clore l’événement avec des intervenants associatifs ainsi que Madame Christiane Taubira Députée de la Guyane, Aude Désiré, Louis Georges Tin le Président du CRAN et l’historienne Sandrine Lemaire.

Du 27 Avril au 25 mai 2012 « LE TOUR DE FRANCE DE LA MÉMOIRE » parcourra les plus grandes villes de l’hexagone (Bordeaux, Nantes, Marseille, Lyon, Paris, etc.). Les documentaires seront diffusés dans les salles de projection à des élèves du premier et du deuxième cycle en présence de leurs professeurs d’histoire, des membres associatifs de leurs régions et d’autres personnalités.

!

« LE TOUR DE LA MEMOIRE DES PAYS FRANCOPHONES» !

Tout au long de l’année 2012 et ce jusqu’en 2014, le Tour de la Mémoire passera par les pays Membres de la Francophonie, les pays d’Afrique (Togo du 2 au 12 Avril 2012, Benin du 4 au 22 Juin 2012), les DOM-TOM, le Québec (17 au 29 septembre 2012), la Suisse (12 au 17 novembre 2012), le Luxembourg, la Belgique…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le cadre de l’année des Outre-Mer, du 10ème anniversaire de la loi Taubira, et de l’année des afro descendants AKWAABA PRODUCTIONS, L’HARMATTAN VIDEO, ORIG’IN, LE MINISTERE DE L’OUTRE-MER, L’ASCE, TRACE TV et M6 BLACK sont heureux de vous annoncer la

Sortie DVD du documentaire musical « AFRICAPHONIE HÉRITAGE »

Le 28 Février 2012,

A travers le premier volet des films documentaires « AFRICAPHONIE », le président Jacques Chirac, Christiane Taubira, Françoise Vergès, Lilian Thuram et d’autres personnalités témoignent sur la nécessité de commémorer le 10 mai : « journée nationale de commémoration de l’abolition de la traite et l’esclavage ». Ce second volet,  « AFRICAPHONIE HÉRITAGE », basé sur la transmission et l’enseignement de cette histoire met en lumière le travail mémoriel effectué par la société civile (les artistes, les associations, les historiens, les professeurs, les institutions, les musées) pour remémorer à la population française cette histoire.

Voici les liens permettant de visionner :

-le film « AFRICAPHONIE HÉRITAGE »

http://www.dailymotion.com/AKWAABAPRODUCTIONS#videoId=xhnavt

-le bonus « AFRICAPHONIE 2011 FEATURING PEEDA »

http://www.dailymotion.com/AKWAABAPRODUCTIONS#videoId=xhtiiv

Résumé du film : Deuxième volet des films documentaires Africaphonie, Africaphonie

Héritage s’appuie sur le dixième anniversaire de la Loi Taubira pour dévoiler les méthodes de transmission de l’histoire de l’esclavage aux nouvelles générations. Le film retrace la première commémoration en 2006, puis le travail perpétré par la société civile, l’éducation nationale, les institutions, les associations, les artistes et autres acteurs pour mettre en lumière cette partie de l’histoire de France. Christiane Taubira et Françoise Vergès, la présidente du comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage (CPMHE), nous racontent les meilleurs moments de cette épopée qui, dans ce film, a comme point de départ la troisième journée de commémoration de l’abolition de l’esclavage à Paris. Cette même journée, le deuxième Festival Africaphonie avait réuni au Cabaret Sauvage des

artistes de l’Outre-Mer, de l’Afrique, de la France (SOHA, DAVY SICARD, SALLY NYOLO,

PRINCESS ANIES, NEGGUS) autour de ce fait historique appelé « traite négrière » afin de poser la question : comment partager cette mémoire... Interrogés plus tôt dans l’après-midi, les artistes ont reconnu d’un commun accord l’absence de transmission de cette partie de l’histoire de France...

Equipe technique et artistique du film : Un film de Modeste Abraham Sallah (52 minutes).

Produit par Akwaaba Productions.

Fiche technique du DVD : 1 DVD. Pal. Toutes Zones .16/9. Couleur. Durée : 56 minutes.

Stéréo. Langue : Français. Code-barres : 978-2-296-13504-8


Attachée de presse

Véronique Lesaine

Tel : + 33 6 82 68 52 90

veronique.lesaine@dbmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

Editeur : L'HARMATTAN VIDEO

Siège : 5/7 rue de l'école Polytechnique 75005 Paris / Bureau: 74, rue du Cardinal Lemoine 75005 Paris

Contact Rémi Lange

Tel: 01 80 89 90 01 / Fax: 01 48 97 28 37

edition@harmattantv.com / www.harmattantv

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 10:50

AU STAND DES LIBRAIRIES DU SUD, de 12h 30 à 14h, les  dédicaces de RAHARIMANANA (Madagascar), Jean-François SAMLONG (La Réunion), Eva ROGO-LEVENEZ (Kenya), Youssef BELAL (Algérie), Franck HOUNDEGLA (France/Bénin) et Suzanne DRACIUS (Antilles françaises):

 

salon-2012-002.JPG

RAHARIMANANA se prépare...

 

 

 

salon-2012-008.JPG

De gauche à droite : Youssef BELAL, Eva ROGO-LEVENEZ et Franck HOUNDEGLA.

 

 

 

salon-2012-009.JPG

 

De gauche à droite : RAHARIMANANA et Youssef BELAL.

 

 

 

salon-2012-010.JPG

 RAHARIMANANA, songeur.

 

 

 

salon-2012-011.JPG

L'animatrice Odile CAZENAVE.

 

 

 

 

salon-2012-013.JPG

L'écrivaine kenyanne Eva ROGO-TREVENEZ, lors de son intervention.

 

 

 

 

salon-2012-015.JPG

L'intervention de Eva ROGO-LEVENEZ continue...

 

 

 

 

salon-2012-021.JPG

De gauche à droite : Suzanne DRACIUS et Jean-François SAMLONG.

 

 

 

 

salon-2012-036.JPG

RAHARIMANANA, lors de son intervention.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AU STAND DES EDITIONS "DEDICACES" :

 salon-2012-048.JPG

De gauche à droite: Richard TAILLEFER, Patricia LARANCO et une amie de Richard Taillefer.

 

 

 

 

salon-2012-049.JPG

A gauche : le poète français Richard TAILLEFER.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

salon-2012-053.JPG

Le Salon du Livre, c'est aussi la lecture !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE SALON DU LIVRE A L'HEURE REUNIONNAISE !

(au stand ENCRES MÊLEES D'OUTRE-MER)

salon-2012-057.JPG

L'écrivain, plasticien et éditeur réunionnais André ROBER (à gauche).

 

 

 

 

 

 

 

 Le FONKKER du poète Teddy IAFARE GANGAMA  ( de 16h à 17h) :

 

salon-2012-062.JPG

salon-2012-063.JPG

salon-2012-064.JPG

salon 2012 065

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

salon-2012-068.JPG

Patrick NURBEL, responsable de l'Association Réunionnaise Communication et Culture.

 

 

 

 

salon-2012-071.JPG

 

Deux éditeurs réunionnais se congratulent : Messieurs ROBER, des Editions KA (à gauche) et REVERZY, des éditions GRAND OCEAN (à droite).

 

 

 

 

salon-2012-072.JPG

 André ROBER en compagnie de Patrick NURBEL.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photos : P. Laranco.

 

 

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 13:40

Un coup de foudre envoie rarement des éclairs de génie.

 

 

Jean-Pierre Lesieur.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 12:55

Dimanche Culture

 sur Radio One

à 11h00

 


133ème édition…Au sommaire :


Issa ASGARALLY pour son dernier ouvrage Comme un roman sans fin et autres textes….à forte coloration autobiographique ;


Elise MIGNOT, ex-directrice culturelle de l’IFM pour sa nouvelle boite Stubborn in Dreams pour la conceptualisation de projets artistiques ;


Hubert PROLONGEAU (écrivain, grand reporter et spécialiste de séries télé) pour sa réflexion sur la sériphilie….Est-ce un fléau social ? et
La réaction des Mauriciens sur les séries…

Sont-ils accros ?

 

 


Bon dimanche et bonne écoute….

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 12:35
Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 12:26
Nos auteurs au Salon du livre de Paris, Porte de Versailles :

• Au stand « H51-H53 Encres mêlées d’Outre-mer » :
SAMEDI 17 MARS de 11 h à 12 h 30 :RENCONTRE : Table ronde « Dépasser l’exotisme ? » avec Suzanne DRACIUS, animée par Christian Tortel (France Ô).

SAMEDI 17 MARS de 12 h 30 à 14h30 : DÉDICACES de Suzanne DRACIUS, Charles-Henri FARGUES, Plumes rebelles (collectif) & Partir sans passeport (collectif)

SAMEDI 17 MARS de 16 h à 17 h : RENCONTRE AVEC L’ASSOCIATION PROMOLECTURE : Présentation du recueil de nouvelles PARTIR SANS PASSEPORT avec Suzanne DRACIUS, Ernest PÉPIN, Charles-Henri FARGUES et Jean-François SAMLONG, animée par Tchisseka Lobelt.

SAMEDI 17 MARS de 18 h à 19 h 30 : « Léon Damas, trois fleuves dans les veines » SALLE NOTA BENE (Y 69) avec Catherine LE PELLETIER, Daniel MAXIMIN, Ernest PÉPIN, animée par Yves Chemla.

DIMANCHE 18 MARS de 11 h à 12 h 30 : Table ronde « Traduire ou pas ? » avec Dominique DEBLAINE, Denis POURAWA, Jean-François SAMLONG, animée par Dany Toubiana.

• Au stand U 74 de l’Institut Français la Librairie du Sud  :
DIMANCHE 18 MARS de 12 h 30 à 14 h : Rencontre-dédicace avec Suzanne DRACIUS, Ernest PÉPIN et Jean-François SAMLONG.

• Au stand X 70 de la Région Martinique  : 

SAMEDI 17 MARS de 14 h 30 à 15 h 30 : Rencontre-dédicace avec Suzanne DRACIUS, Charles-Henri FARGUES, Gilbert PAGO (sous réserves).

DIMANCHE 18 MARS de 18 h à 20 h : Dédicaces de Suzanne DRACIUS, Charles-Henri FARGUES.

LUNDI 19 MARS de 14 h à 18 h : Dédicaces de Suzanne DRACIUS.
 Cliquer ici pour le Programme du stand U 74 de l'Institut français :
Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 12:05

Chaque être n’est qu’une addition de défauts et de qualités. Compromis bancal, équilibre instable entre le « Bien » et le « Mal ».

 

 

 

Joie et chagrin sont les deux composantes principales de notre existence. Il faut toutes deux les assumer.

 

 

 

Le monde est orphelin de sa propre présence.

 

 

 

A toute force « révolutionnaire » s’oppose une force d’inertie, celle de la peur profonde du bouleversement, de la rupture d’équilibre. Il faut dire aussi que toute rupture d’équilibre est hasardeuse.

 

 

 

Être Créole, c’est être citoyen du monde.

 

 

 

La littérature, ça doit être quelque chose de vivant. Et non une entreprise prétentieuse qui se momifie elle-même, entre les « grands classiques » et les lettrés actuels qui se prennent trop au sérieux et la rendent inaccessible.

A l’heure où de plus en plus de monde sait lire et écrire sur la planète, à l’heure d’Internet, elle doit se démocratiser, se « désélitiser ».

 

 

 

Quand on a de l’argent, on a peur de son ombre.

 

 

 

Nous nous imaginons que notre vie est une aventure tout à fait spéciale.

Alors que nous ne sommes – pas moins que les autres espèces – soumis au diktat de la nature : naître, croître, survivre, se reproduire et puis mourir.

 

 

 

Saisis par l’angoisse de mort, les vieillards regardent souvent avec envie et méfiance ceux qui seront leurs successeurs.

 

 

 

La raison d’être de chaque être humain est de vivre avec les autres.

 

 

 

L’humain tout entier est tension entre l’égoïsme et l’altruisme, ces deux forces qu’en lui, il doit sans cesse ménager et équilibrer.

Car il est fait de telle sorte que son ego, seul, ne peut lui suffire et que, par ailleurs, le poids des autres, leur pression bride son ego.

 

 

 

L’expérience artistique est une expérience solitaire. Car elle exige beaucoup de contemplation et de concentration.

C’est en ce sens que l’on peut dire que l’artiste sera toujours un marginal.

 

 

 

Refermer sa main sur les ailes insaisissables de l’instant et l’arraisonner, le regarder comme on contemple un papillon sur sa paume : rêve fou !

 

 

 

Tout phénomène se prête à une infinité d’interprétations.

Donc, toute explication est, par essence, bornée, limitée.

 

 

 

Pointer ce qui ne va pas, c’est, toujours, prendre un risque. Les gens détestent se remettre en cause ; cela représente, pour eux, le pire des inconforts.

 

 

 

L’amour de la paix peut, parfois, déboucher sur l’amour-de-la-paix-à-tout-prix, et sur un culte de la non-violence passive, veule.

Rien à voir là avec la force de la non-violence agissante du Mahatma Gandhi. Non, il s’agit plutôt d’une inertie, d’une capitulation totale devant le consensus qui débouche sur le pire des conservatismes. L’amour de la paix n’est, dans un tel cas, qu’une justification de la lâcheté universelle.

 

 

 

Il faut savoir, parfois, heurter les autres ; c’est la preuve qu’on est vivant. C’est par le courage de la dénonciation que les choses bougent. Et non par le maintien d’un consensus douceâtre et ronronnant où les non-concernés peuvent continuer à faire l’autruche.

 

 

 

Non, la colonisation n’est pas de l’histoire ancienne ! Elle a marqué profondément les mentalités, les esprits à l’échelle du globe. Notre monde post-moderne en porte la trace car il ne se serait jamais constitué sans elle. Le « fossé nord-sud » actuel est l’une de ses conséquences directes. Si la richesse a pu se concentrer à un tel point au « nord », c’est grâce au type de mondialisation qu’elle a mis en place entre le  XVIème siècle et le XXème siècle.

 

 

 

De même que chaque être humain entretient une fierté souvent exacerbée de lui-même qui l’amène à ne considérer en lui que ce qui est positif et à se surévaluer, tout groupe, toute culture, toute civilisation tendent à s’auto-glorifier.

 

 

 

Si l’on veut avoir une chance d’un jour faire un tant soit peu changer ce monde, il faut absolument apprendre à regarder en face, sans le moindre déni, les questions qui gênent. Car non seulement pointer du doigt les problèmes est le commencement de toutes solutions, mais encore il faut que de véritables prises de conscience de masse (retentissant sur les comportements à l’échelle des masses) se produisent. Tous les habitants de la terre doivent non seulement comprendre, mais intérioriser pleinement l’idée que les ressources de la planète qui nous abrite sont limitées et que, partant, il va nous falloir renoncer à cette idée absurde du « toujours plus » de choses et de besoins.

 

 

P. Laranco.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 10:07

 

TOILE

 

 

Flux de couleurs à gros bouillons

précipitées en frontaux chocs

lignes de faille, tectonies,

empilements cristallisés.

Strates, bassins de sédiments,

masses en leur brute épaisseur,

insondable géologie

des teintes entre-phagocytées

croûtes et crêtes de mica,

granules et grumeaux d’onyx,

filaments, tavelles de verts

émeraudés ou corrodés

bourgeons, boutures de cristal,

vitrifications de gel,

photons intestins capturés

piégés par le resserrement

du maillage céruléen

ou bien des pores du granit

- comme des spores interstitiels.

Jeux de mains, cabrements obscurs,

âpres glissements de terrain

moires aux bombements violents

nées de la clarté du Grand Noir.

Enfantements inachevés

pareils à des gifles d’embruns,

à de blafards fourmillements

jetés sur les paralysies ;

létalité, fractalité

la pâte des recréations,

la salive solidifiée

des mille et un coups de couteau

submergent d’organiques cris – points d’orgue

la peau de la toile.

 

 

Patricia Laranco.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 09:53


Je ne suis pas de cette race

ni d'aucune d'ailleurs

Je n'ai ni fin ni commencement

Je suis le maillon de la grande chaîne

relié à l'évolution

Ni plus ni moins

qu'une poussière d'étoiles

à travers l'infiniment grand et petit de l'univers

Parfois

je me couche

regarde la voie lactée

et tout mon esprit en est illuminé

Je suis un

parmi toutes les espèces du vivant

Unique tellement unique

et pourtant si semblable aux autres

Si lourd de pensées muettes

Il y a quelque chose d'imperceptible

qui m'emporte dans ce long voyage dans le temps

Richard Taillefer.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Patrimages
  • : Ce blog s'intéresse à la poésie, à la littérature de l'Océan Indien, à la philosophie, aux sciences, à l'Homme et au sens de la vie.
  • Contact

Texte Libre

Je valide l'inscription de ce blog au service paperblog sous le pseudo ananda.

<img src=http://annuaire-de-voyage.com/annuaire.gif"alt=Annuaire de voyage"border="0">

Annuaire de voyage

Recherche

Archives