Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 12:55

Ô arbre perdues tes rondeurs, ta beauté

Tes feuilles d’or tombées, balayées, bafouées

Subsistent des moignons de branches torturées

 

Ils se dressent, bras désemparés de doute

Devant l’église vide et la place déserte

Aux volets tenus clos sur des murs sans pitié

 

Et puis voici qu’arrive, elle aussi méprisée

La fête d’un dieu nu. Evaporée la myrrhe

Dissipé l’encens. Reste un peu d’or dérisoire

Des guirlandes, des boules aux criardes couleurs

Te déguisent, te cachent et te ridiculisent

 

Qui te tendra l’éponge rafraichissante et douce ?

Qui te verra, sorti de l’étouffante nef

Accueillir à l’air libre en ton aubier le souffle ?

Qui verra, boursouflant ton écorce meurtrie

Et la branche naissante et l’alliance nouvelle ?

 

 

 

Robert Notenboom,

in A l’embaumée des fleurs

éditions du Puits de Roulle, 2012.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 12:07

Je serais toi malgré moi

De ta fenêtre ouverte

Je pousserais mes ailes

De libellule condamnée

A la lumière d’un seul jour,

Jusqu’au fond de ton regard.

J’allongerais mon chemin tracé

Sur tes veines sans fin,

Et j’effacerais de ma langue sans vertus

Ta réticence au monde bleu.

 

Je serais toi malgré moi

Un jour de pluie sans promesses

A l’abri des nuits sans lendemains

Et des paroles sans empreintes.

J’enfreindrais les testaments d’hiver,

Dans une coupe au bord de tes lèvres

J’enivrerais le soleil de mes rires,

Déboussolée dans ton souvenir,

Je serais bavarde jusqu’à la lie

Et j’ennuierais la lune avec mon ciel qui tombe.

 

 

 

Amina Mekahli.

 

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 11:23

Toutes les activités liées au prestige sont plus ou moins déniées aux femmes.

Les hommes les considèrent comme leur propriété, leur pré carré.

Mais à présent, ils constatent que leurs vieilles anathèmes ne fonctionnent plus –ou qu’elles fonctionnent de moins en moins. Que « faiblesse » physique et émotivité n’empêchent, par exemple, en rien de penser, de créer, bien au contraire.

Maintenant, ils se montrent plus « francs » : ils invoquent plutôt la sacrosainte nécessité de la « complémentarité » entre les sexes  et les jeux de la séduction. Ils se rabattent, en quelque sorte, sur l’argumentation de la pièce « Les Femmes savantes » de Molière. Dans certains cas, même, ils mettent en avant leurs manques, leurs propres faiblesses (en particulier, leur besoin d’être maternés, d’être  soutenus, « pris comme ils sont ») pour inciter les femmes, par pure compassion, à jouer leur jeu. Qu’elles ne s’avisent pas de les « agresser » - voire de les « castrer » - en se montrant trop ambitieuses et en prenant trop de plaisir à la réussite. Surtout, qu’elles perpétuent leurs divines et « éternelles » qualités, parmi lesquelles, bien sûr, figure en bonne place leur inestimable « discrétion » !

Un ordre multimillénaire est en train de vaciller, et ça les angoisse.

 

 

 

Un « quelque chose » ne peut pas provenir de rien. Ce serait totalement a-logique. Car cela constituerait une négation de la relation de cause à effet.

D’après ce que l’on sait, il n’est pas de phénomène qui n’ait une origine. Jusqu’à notre Univers, qui  a eu un début, et qui est en mouvement…qui prendra fin, sans aucun doute. Il a fallu « quelque chose » pour le créer. Même lui. Et ce quelque chose  lui –même naquit de quelque chose. Forcément. Il ne peut en aller autrement, et cela implique que l’Être ne peut procéder que de lui-même…

Ainsi l’Être peut-il apparaitre comme une sorte de fractal, potentiellement infini.

 

 

 

Les gens n’ont pas d’amour.

Ils sont bien trop dans l’affirmation d’eux-mêmes.

Ils sont trop faibles, et donc trop orgueilleux, pour ne pas chercher à dominer, à imposer leur empreinte, leur emprise. Trop souvent, dans ce qu’ils appellent (bien trop vite), l’ « amour  », ils cherchent ce que les psy dénomment « réassurance narcissique ».

Ils ont trop peur, en fait, du partenaire, de celui/celle qui est en face d’eux, pour ne pas toujours peu ou prou tenter (le plus souvent, même pas de façon consciente) d’ « avoir le dessus » sur lui/elle.

A travers « l’amour », la relation « amoureuse », ce qu’ils veulent avant toute autre chose, c’est sentir qu’ils sont « importants », quelquefois même, en certains cas, qu’ils « existent ».

Voilà sans doute la raison pour laquelle tant de liaisons, de couples, de relations dites « amoureuses » capotent, ou restent dans l’impasse.

Apprendre à aimer en respectant véritablement l’autre, en l’acceptant tel qu’il est, dans sa totalité, sans pour autant se sentir soi-même « menacé » ou « amoindri », voilà le plus difficile.

 

 

La plupart des gens se lancent dans des relations « amoureuses » sans être prêts pour l’amour. Par besoin et attirance sexuels, par mimétisme et conformisme social, par peur d’être seuls, par volonté de se reproduire, etc., il y a une foule de raisons…qui toutes, en fait, se dissimulent derrière le vocable « aimer » comme on se dissimulerait derrière un masque fort opportun. La plupart des gens s’imaginent « aimer » sans rien savoir, en fait, de ce que ce mot signifie réellement.

Car il n’y a pas de véritable « amour » en l’absence de respect de l’autre, de prise en considération du fait que tout être est indissociable de sa liberté propre, de ses frontières propres.

 

 

 

En amour, les rêves fusionnels sont peut-être l’illusion la plus dangereuse, la plus folle. Rien, même pas l’ « amour  » ne peut réduire la distance (corporelle, mentale) naturelle entre deux êtres. Ni leur complexité. Ni leur part de mystère.

 

 

 

Les êtres sont des icebergs dont nous n’observons jamais que la partie émergée.

 

 

 

L’intelligence humaine n’a-elle pas une dimension contre-nature ?

 

 

 

La vie, ça consiste souvent à slalomer entre les souffrances. A faire de son mieux pour s’en protéger, s’en préserver, ou – à tout le moins – pour tâcher de ne pas trop y laisser de plumes.

 

 

 

Reconnaître ses carences, ses torts, ses erreurs et savoir admettre de bonne grâce ce que l’on doit bien admettre, voilà les véritables signes de la grandeur d’un être ou d’une culture !

 

 

 

 

P. Laranco.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 11:19

Vivre est en soi un travail qui devrait être reconnu et rémunéré comme tel.

 

 

 

Xavier Lainé.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 10:52

sur www.sampsoniaway.org,

un EXTRAIT du ROMAN de Barlen PYAMOOTOO, BENARES, traduit par Will Hobson et publié en 2004 chez CANONGATE :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.sampsoniaway.org/literary-voices/2013/01/02/barlen-pyamootoo-benares/

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 12:54

 

Venez  fêter  les  rois e manger la galette

avec rencontres européennes !

 

 

 

 


 

 

Ce  sera  le  samedi  05/01/3013,

 

 

 

 

 


 

 de  15h  à  18h,

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 


 

au restaurant  LA MAISON DU DELICE, 11 bis rue Traversière, Paris, métro Gare de Lyon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

il y aura également une  CONFERENCE  sur  Rabindranath TAGORE.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 12:12

CONFÉRENCE DE SUZANNE DRACIUS "Marronnage, métissage et féminitude"

MEILLEURS VOEUX !

Pour bien débuter l'année ensemble, nous vous proposons un prochain rendez-vous

 

 

 

LE DIMANCHE 13 JANVIER 2013

 

 

 

à 15H

 

 

 

à la

MEDIATHEQUE LANDOWSKI, Espace Musique,

28 avenue André Morizet,

Boulogne-Billancourt

(ENTREE LIBRE)

 

 

 

une CONFERENCE de Suzanne DRACIUS

 

 

Marronage, métissage et féminitude

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

qui sera suivie, à 16h, d'une BAL CREOLE, d'une DEMONSTRATION DE BELE, d'un CONCERT, de CONTES, CHANTS, MUSIQUE et DANSES, à l'occasion du CENTENAIRE D'AIME CESAIRE.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour télécharger le programme de la Saison Antillaise de Boulogne LES ANTILLES, CULTURES CREOLES, veuillez cliquer ici :

http://www.boulognebillancourt.fr/cms/index.php?option=com_content&task=view&id=3018

 

 

 

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 11:35

HEUREUSE ANNEE A VOUS

 

 

 

Heureuse année à vous

qui avez été si forts

à supporter les draches de la vie

à vous qui avez failli succomber

dont les rameaux ont fléchi

mais qui avez marché jusqu'ici

 

Heureuse année à vous

qui avez perdu des sourires

à vous qui m'avez volé aussi des miens

des rires parfois...sur mon visage égoïste

 

Heureuse année à vous

qui avez acheté mes supplices

vous qui avez avec appétit

dévoré mes chagrins

 

Heureuse année à vous

qui m'avez charité votre rien du tout

grâce, j'ai été riche

et cette richesse croit encore

à chaque fois que je la partage à mon tour

 

Heureuse année à vous

à vous qui avez trahi

qui avez concédé

par amour...ou peut-être pour plus que ça...

 

Heureuse année à vous que j'ai trahis

à vous que j'ai aimés

à vous que j'ai laissés tomber

quand il n’y avait qu'une seule place de l'autre côté

 

Heureuse année à vous

que j'ai vus sans connaitre

vous qui m'avez connu sans voir

vous qui avez taché mon âme

de couleurs et de cultures diverses

 

Heureuse année à vous

dépassés...si souvent

effacés de la course

vous qui avez marché avec dans le cœur

des dagues plantées

 

Heureuse année à vous

qu'harcellent l'histoire et le temps

à vous qui oubliez facilement

à vous au cœur

des maux qui palpitent

 

Heureuse année à vous

qui avez vu le noir dans ses feux

vous qui avez eu beaucoup à dire

mais qui n'avez eu pas de mot dans son creux

 

Heureuse année à vous

qui avez vécu jusqu'ici

de bien ou de mal

de bonheur ou de malheur

 

vous qui êtes...

 

Recevez de moi

ce que j'ai et ce que je n'ai pas

Nous sommes tous face à l'aube

face à l'horizon, nos rêves à la main

chacun, rêvant le destin qui l'attend quelque part

 

Nous sommes tous

en face d'une porte qui s'ouvre demain...

et derrière: de multiples visages de nous

tous inconnus différents

de beaux visages

d'horribles aussi...

à décevoir

à leurrer le miroir des apparences

 

Nous sommes tous à vivre

tous vivants...

tous priant pour trouver un corps qui lui ira bien

nous sommes tous sur le pont

des âmes errantes...

 

On va malgré douteux...malgré douté

malgré doutes et incertitudes

construire lendemain.

 

A chaque fin...un nouveau départ

 

demain vous et moi...

REPARTONS DONC POUR L'AVENIR.

 

 

Collinx Mondésir.

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 12:28

BONNE

ET

HEUREUSE

ANNEE

2013

A

VOUS  TOUS

!

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 12:46

On mesure mieux le passage du temps aux visages qu’on s’attendait à voir et qu’on ne reverra pas, au silence qui habite désormais la rumeur du passé.

 

 

Sylvestre Le Bon.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Patrimages
  • : Ce blog s'intéresse à la poésie, à la littérature de l'Océan Indien, à la philosophie, aux sciences, à l'Homme et au sens de la vie.
  • Contact

Texte Libre

Je valide l'inscription de ce blog au service paperblog sous le pseudo ananda.

<img src=http://annuaire-de-voyage.com/annuaire.gif"alt=Annuaire de voyage"border="0">

Annuaire de voyage

Recherche

Archives