Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 15:34

 

 

 

graphismes 013

graphismes 015

 

graphismes 016

 

graphismes 020

 

graphismes 019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

graphismes 021

graphismes 022

graphismes 023

 

 

 

 

 

 

 

 

graphismes 024

GOLEM en action (autoportrait)

 

 

 

 

Photos : P.Laranco

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 09:54

La pluie

et son bruit endormant,

bruit de mangue mûre qui tombe

puis, l’espace qui

rétrécit

soudain

plus rien

que

le bonheur

 

 

Patricia Laranco.

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 16:28

 

Dear Friends, Dear Poets

Greetings…  

 I invite you to visit my personal website


www.husseinhabasch.com


Best Regards


 Hussein Habasch

Bonn

=
Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 12:18
le songe

 

si aucune voix ne veut parler

il faut partir, ne plus revenir

chanter, danser, pleurer, prier

maudire la nuit, changer l’avenir 

imiter P icasso

pasticher Dali

copier mot à mot

mille pages de Loti

écrire pour calmer la rage

en singeant Prévert

déchirer chaque page

recommencer à l’envers

prendre la vie devant soi

et si la soif d’écrire me ronge

pour tuer le désarroi

écouter l’ange conter le songe

  

 

Zorica Sentic

*


  

  

  

  

an impulsive dream

  

If no one wants to talk 

it is necessary to leave, never to return 

run without reservations 

to dance, to sing, to pray, cry 

denounce the Night, change tomorrow 

to copy word, by word

a thousand pages of Loti

to duplicate P icasso 

 

 

to parody Daly

 

 

to write, to calm your own restlessness

to mock Prever

tear up every sheet

to start upside down

to get a hold of your life

although still striving for writing

to kill the mess                     

and to hear an angel who will whisper quietly your own

impulsive dream

 

Zorica Sentic

Anglais Jelena Pavlovic


 

 

 

cudljiv san   

 

ako ni jedan glas nece da progovori

treba otici, ne vratiti se

bez povratka pobeci

pevati, igrati, moliti se, plakati

proklinjati Noc, promeniti sutra

imitirati  P icassa

parodirati Dalija

kopirati rec po rec

hiljadu strana od Loti

pisati, smiriti svoj nemir

majmunirati Prevera

pocepati svaki list

poceti naopacke

uzeti svoj život u svoje ruke

i ako žed  za pisanjem me grize

da ubiješ  nered

slušati andela koji ce ti šapnuti  tiho

 tvoj cudljiv san

 

 

serbe Zorica Sentic

*


 

 

 

de droom

 

als geen enkele stem wil spreken

men moet vertrekken, niet meer terugkomen

zingen, dansen huilen, bidden

de nacht verwensen, de toekomst veranderen

P icasso nadoen

Daliparodiëren

duizend bladzijdes van Loti

letterlijk kopiëren

schrijven om de woede te kalmeren

 terwijl Prévert na te doen

elke bladzijde verscheuren

aan de keerzijde opnieuw beginnen

het leven voor zichzelf nemen

en als de dorst om te schrijven me knaagt

om de verwarring te doden

 luisteren naar de engel de droom te vertellen

 

Zorica Sentic

néerlandais Paul Dauwe

 

 

 

 

 

 
Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 11:39

 

Sur le site de Patrick CINTAS, PORTAIL DU CHASSEUR ABSTRAIT, une nouvelle récemment publiée de Patricia LARANCO, La Proscrite ,ainsi que plusieurs nouvelles de Zorica SENTIC.

 

 

Liens :

 

http://www.lechasseurabstrait.com/revue/index.php

 

www.artistasalfaix.com/ - 376k

 

aller à Articles parus récemment, cliquer sur ici

 

 


 

Bonnes lectures !

 

 

 

 

P.L

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 11:09
mon arbre

pas normal

il tient debout, penché, déhanché

pour dormir, pour manger, pour respirer

ses bras déployés, il s‘envoie en l’ air

son cerveau, enraciné dans l’ enfer de la terre

toute l’ année, il a des feuilles fanées

de temps à autre, il se met à me parler

mon arbre est anormal

c’ est un mâle

j’ écorce son torse

j’ enlève sa sève

je sombre sous son ombre

défeuille ses feuilles

lui me fait un clin d’ œil

son gland mur me capture

ah ! la nature

son gland bandant

son gland débandant

bandant, débandant, débordant

les chaînes de mon chêne m’ enchaînent

mon arbre je l’ aime

mon arbre m’ aime

c’ est normal

c’ est un mâle 

l’ année

prochaine

je le coupe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

moje drvo

moje drvo volim moje drvo  

uspravno krivo 

da spava, da jede, da diše 

ruke razgranate u Nebo diže, kroz vazduh se prostire 

njegovo uvelo lišće, moje reči zakrpljene 

moje drvo muško je, govori često meni 

gulim trup, cedim sok 

ispijam nektar pohotno 

zatim tonem 

tonem pod senkom njegovom 

zrelo me voće činima hrani 

razmrsi 

drvo 

 sve moje  listove

moje 

 drvo 

koje  

volim 

voli 

mene 

njegov  

koren  

mene veže  

  


My tree
I love my tree
straight, or crooked
it sleeps, eats, breaths
with its arms stretched high
Its dead leaves are my mended words
my tree is a man who talks to me
I scratch its bark and extract its sap
and I drink it passionately
I sink afterwards
under

my

trees

shade
and

I

am

under

 the

spell

of its

ripen fruit
and the tree
disentangle

all of my leaves
I love that treeand its root loves me

 


translated by Jelena Pavlovic

  

          

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

moje drvo 
  

ne izgleda sasvim normalno

stoji uspravno, a ipak krivo je

da spava, da jede, da diše

ruke razgranate

u Nebo diže

kroz vazduh se prostire

srž ukorenjena u pakao zemlje

tokom godine uvelo lišće nosi

s vreme na vreme reši da progovori

 po koju reč da meni uputi

moje drvo nenormalno

muško je

 gulim trup

cedim sok

i ispijam nektar pohotno

zatim tonem

tonem pod senkom njegovom

prepuštam se

prirodnu  svetlost gubim

postajem tamna

kidam lišće nepotrebno

on namignuje

ogoljeni plod zarobljuje

potpuno

očaravajuće

oh prirodo

njegov plod napet 

njegov plod odapet

napet,  odapet,  razapet

lancima vezan

okovan

njegov okov i mene vezuje

postajem deo lanca

nova karika

lančana reakcija

vezana

sasvim nemoćna da se oduprem  

volim moje drvo

moje drvo voli mene

normalno je

muško je

iduće godine

mora se preseći

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

mon arbre

a mon arbre que j’aime mon arbre

debout penché déhanché

pour dormir pour manger pour respirer

ses bras déployés il envoie en l’air

ses feuilles fanées mes mots rapiécés

c’est un mâle il me parle

j’écorce son torse

j’attire sa sève

sombre dans son ombre

son fruit mûr capture

dénoue mes feuilles

mon

arbre

que

j’aime

mon

arbre

qui

m’aime

ses racines

m’enchaînent

  

Zorica SENTIC.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 13:00

amma 002

amma 002

amma 003

amma 003

amma 004

 

amma 006

 

amma 008

amma 008

 

Photos : P.Laranco.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 10:56

ALFONSINA, MIS GANAS

 


El río travieso
y sus frías aguas,
no tiene elegidos
en su deambular,
la vio esa noche
tan triste, abatida,
le dijo dancemos
hasta el ancho....mar.


Allí fue ALFONSINA
pasiones y versos,
cansada de todo
se dejó llevar,
hasta los confines
de las almas muertas,
las penas pasadas
quedarán ....atrás

. 

Porqué a los sensibles
en su interior volando,
la vida les paga
con ingratitud,
tan sólo la luna
en el firmamento,
alumbra sus pasos
les da....beatitud.


Que las nubes se vistan
con sentidos poemas,
y hermosas melodías
que nos hagan soñar,
cerrando los ojos
la tendremos a ella,
y en un verso encendida
ALFONSINA....estará.


Tal vez algún día
el mundo se pare,
y un abrazo grande
nos hermanará,
aunaremos fuerzas
detrás de ideales,
y envuelta en poemas
ella....partirá.


Haremos la fiesta
más linda y sublime,
vendrán los poetas
que hablan con DIOS,
la gran anfitriona
será ALFONSINA,
viva la utopía
yo creo....¿y vos?.
 


                                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

VIEJAS QUIMERAS... 

 


La escena pareciera haber sido preparada por algún duende travieso, lo nuestro fue como el mar, que con sus aguas tan cambiantes, es un perpetuo recordatorio de una lejana
soledad... LA TUYA Y LA MIA.

Me acuerdo hace mucho tiempo, la reunión era en la casa de alguien conocido, los personajes unas cuantas chicas y algunos jóvenes alegres y alocados típicos de la

época, entre ellos: UN SERVIDOR.

Después de haber agotado un montón de temas, estábamos hablando de pintura y discutiendo sobre abstractos y figurativos, ¡de repente apareció!: su presencia
fue tan impactante como una pincelada azul sobre un fondo gris claro.

Al rato, se creó entre nosotros una corriente de afinidad y de amistad tan grandes, que las confidencias comenzaron a ser moneda corriente entre los dos.

Me hizo cómplice de un gran desencuentro amoroso con un muchacho que dejó el barrio, marchándose tras una utopía para nunca más volver.

Ése era el motivo, por el cual no quería compromiso con ningún hombre; por lo menos, hasta que las heridas cicatrizaran...

Después, los años, el tiempo que parecía volar y la marea de la vida, se confabularon para que nuestra amistad, fuese un eterno desencuentro.

Hoy, desde este punto cardinal de mi existencia, me di cita con los recuerdos; yo, que en la calesita de la vida nunca saqué la sortija, sólo pido un ferviente deseo.

Me gustaría que el destino me sorprendiera con una linda jugarreta y que ella, la promotora de este sueño, me recordase desde el fondo de su corazón; y, que la magia de
los deseos haga un encuentro en cualquier esquina del viejo y añorado barrio de ayer.

Nos veo a los dos, tomados de las manos y retomando esas lindas pláticas de antaño. Sería un lindo motivo para confesarle, que sin saberlo, fue la musa
inspiradora de mi primer verso.

Volando a bordo de mi imaginación, me veo frente a ella, que con un mohín mimoso me pide que se lo lea; entonces, con un poco de vergüenza y secándome
un travieso lagrimón le diría...


ME HABLABAS DE AMORES

Y DEL VIEJO BARRIO,

TAMBIÉN DE UN MUCHACHO

QUIEN NUNCA VOLVIÓ,

QUE SE FUE HECHIZADO

TRAS UNA QUIMERA.

FUE UN SUEÑO QUERIDO,

QUE EL TIEMPO...MATÓ.


                                                                         
  Boris Gold

(Buenos Aires)

 

 

 

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
7 août 2010 6 07 /08 /août /2010 16:51

Ce matin, sur AOL, dans le  site Le.Monde.fr (rubrique Politique), il m’a été donné de lire un article qui nous apprenait que le New York Times stigmatisait les mesures sécuritaires décidées récemment par le gouvernement français, et, en particulier, celle à ses yeux la plus choquante, le projet d’une déchéance de la nationalité française applicable aux citoyens français d’origine étrangère coupables de délits.

En Amérique, on ne revient jamais sur la nationalité (même quand elle est acquise). Elle est, précise le grand quotidien U.S, solidement garantie par le 14e amendement.

Et d’enchaîner : « [Sarkozy] attise dangereusement les passions anti-immigrées » et anti-Roms (donc xénophobes) des « électeurs français de souche ». Il se veut « homme de poigne » et homme manieur de « mots incendiaires » et « inquiète les membres de la droite traditionnelle » française.

Le président serait donc un démagogue qui joue avec le feu ?

Ou, plutôt, un « pragmatique » qui surfe dans le sens de la vague de banalisation du bon vieux « racisme ordinaire » ?

Toujours d’après Le.Monde.fr, 2 Français sur 3 disent se sentir, actuellement, sous la menace de l’ « insécurité », et le pire est sans doute qu’à présent, cette attitude, tant au niveau de l’opinion publique (sondage) que des partis politiques, dépasse le traditionnel clivage droite/gauche.

De façon générale, le rapport annuel de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme se montre encore plus « alarmiste ». Il fait le constat d’ « une certaine montée du racisme et de la xénophobie », prioritairement à l’encontre de la religion musulmane. Le coup de projecteur quasi perpétuel des médias n’y serait-il pas pour quelque chose ? Et ce genre de consensus n’a-t-il pas de quoi semer l’inquiétude ?

Pour la Commission, ce phénomène serait lié aux problèmes qu’induit la crise.

Mais pourquoi ne pas y voir, aussi, un des effets de l’embourgeoisement, couplé à un retour en force des  valeurs sûres, traditionnelles (en réaction aux ruptures instaurées par la génération soixante-huitarde) ?

 

 

 

 

Commentaires :

 

 

L’ « insécurité », c’est toujours l’Autre.

 

 

Une société plongée dans le doute a besoin de bouc-émissaires.

 

 

 

Cette insécurité ne serait-elle pas plutôt la traduction d’un doute, de l’incertitude, d’ un diffus sentiment de menace touchant un passé que l’on perd, une identité forcément en voie de métamorphose, du fait de la mondialisation ?

 

 

P.L

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article
7 août 2010 6 07 /08 /août /2010 11:49

 

LES   HAUTS   ESCALIERS.

 

 

 

Le vent souffle dans les hauts escaliers
tout près
du ciel désormais à portée de la main
mais à force de s'élever
les escaliers
ont fini par se perdre au cœur de la nuée
les voici qui sont devenus si éloignés
qu'on ne peut plus les atteindre, ni les gravir.

Les portes battent
avec un son lourd, résonnant
pareil à celui qui sonne dans les clochers
pareil à celui qui cloche dans les sonnets
le vent les arrache quelquefois à leurs gonds
et le ciel cherche toujours
à les remplacer
par ses écharpes de nuages vaporeux
d'où jaillissent non pas des lapins magiciens
mais d'immenses colombes aux ailes immaculées
leur donnant quelque peu des airs de Christ en croix...

Là-bas
tout en haut
les colimaçons du ciel
s'effritent, frôlés par les tranchants du jet stream
les fabuleuses chevauchées de la nuée
s'arquent avec de soudains cabrements de dauphins,
tout frisotte, énorme, dans une irisation
glaciaire, aiguisée
comme de la banquise.

Les troupeaux circulent,
se bousculent à loisir
à grands coups de sabot,
les vents hachent menu
tout le menu fretin
de degrés étriqués, coincés, tordus, velus.

Le désert est en marche, juste sous nos
pieds
n'est-ce pas sûr que l'avenir est pour bientôt ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EUROPE.

 

 


 

 

Pierre léchée par les ciels froids


par les nues aux mufles mouillés,

 

 

 


 

le matin est creux


et rêveur

 

 

 


 

Pierre embrassée d’un cercle bleu


où s’ébattent, en la frôlant


formes d’un blanc bien détaché,


suspens de courts corps cotonneux


pareils à des embarcations


aux flancs neigeux et sans défense.

 

 

 


 

Le ciel se met à me toiser


du haut de son flegme distant ;


juste à son aplomb, les pavés


baveux que l’ombre retient


dans sa fosse, en secret


hoquètent

 

 

 


 

où sont les grands soleils mordants,


tonitruants, qui vous rôtissent ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes là : constamment plantés sur des seuils,


ne regardant la vérité


que d’un seul œil


que d’un seul œil-soleil


solidifié au sol,


empalé comme un vampire convalescent.

 

 

 


 

Nous sommes là ; souvent assommés de sommeil,


de sommes-veilles qui ravaudent le passé,


l’extirpent des nids de nuit et de buissons


à des années-lumière de nos chevauchées.

 

 

 

 

 

Nous sommes là, souvent prisonniers  incertains,


la tête tournée vers quelque sens interdit,


quelque voie sans issue aux clins d’œil racoleurs ;


dans l’épaisseur des mots


peut-on trouver


son corps ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’espace est lisse


et moi, dessous


et moi, dedans


je vois grandir


son élasticité, je le


sens s’étirer, il est


d’huile


je m’insère dans sa coulée,


entre ses strates d’abstraction


laiteuses qui portent l’odeur


d’un vent hochet chargé de pluie ;


tout se désencombre alentour


son glissement caoutchouteux


éloigne encore les objets


qui sont de plus en plus distants


sa volonté de raréfier,  de faire place nette


agit


pour imposer la liberté


dans sa géométrie brutale.

 

 

 

 

 

Pavés sonores et trottoirs blancs


se dérobent sous les souliers


comme des points de fuite hâtifs


tracés de dissolution.

 

 

 

 

 

Bientôt deux parallèles vont


celle du chemin et du ciel.

 

 

 

 

 

 

Patricia Laranco.

 

Repost 0
Published by ANANDA.
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Patrimages
  • : Ce blog s'intéresse à la poésie, à la littérature de l'Océan Indien, à la philosophie, aux sciences, à l'Homme et au sens de la vie.
  • Contact

Texte Libre

Je valide l'inscription de ce blog au service paperblog sous le pseudo ananda.

<img src=http://annuaire-de-voyage.com/annuaire.gif"alt=Annuaire de voyage"border="0">

Annuaire de voyage

Recherche

Archives